L'islam et la République

ABBASI david hassan- Siyavash AWESTA

Français

پارسی Parsi

English

 

L'islam et la République

L'Islam, menace-t-il la République ?[21]

 

Les Français, affirment que les idéaux de­ la révolution de 1989 sont universels...D'où vient cette certitude ?­  En fait, du nom de leur ! les Français, sont des descendants des Francs, des hommes de ­condition libre.

"- S'il est une étymologie à avoir connu une fortune plus glorieuse encore que celle du nom "goth", c'est bien ­celle du nom "franc"...Le Franc, homme germanique, homme libre,­ s'oppose aussi bien au serf (= servus) qu'à l'esclave (=slave)[22]. Les Français, même encore aujourd'hui, sont en majorité catholiques, c'est-à-dire universalistes puisque tel est le sens de­catholikos. Les catholiques qui ont une branche du christianisme. Qu'est-ce donc qu'un chrétien?

Qu'est-ce qu'un chrétien? Peut importe!­ Comment un chrétien se voit correspond, plus judicieusement, à ­notre propos.

"Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le­ serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai ­appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que­ j'ai appris de mon Père" (Jean 15/15).

Le chrétien se considère­ comme un fils aimant, mais libre, devant son père. En théorie du ­moins, il se "soumet" à Dieu par amour filial et non pour respecter une appartenance. Que les Francs, hommes libres, aient ­adopté cette croyance ne saurait donc surprendre, ceux qui ont une connaissance un peu sérieuse des civilisations.

Nous pensons avec les auteurs de la France décapitée qu'il existe un ­spectacle croquignolet que celui donné par les adeptes d'une ­laïcité  jusqu'alors agressive à l'égard du catholicisme, ­soudain mués en exégètes patelins d'une religion musulmane dont ils ­ignorent tant les richesse artistiques que les secrets, et dont les préceptes contredisent sur des points capitaux l'égalité entre citoyens (statut de la femme, ou des ­non-musulmans, liberté de conscience). Un islam dont on peut aussi douter qu'il ait les capacités de se réformer  et qui laisse assez sceptique quant ­à ses capacités de laïcisation de l'Islam [23]. Cette sollicitude … l'égard d'un islam sourcilleux ­aurait-elle l'heure de plaire aux gens divers issus des cultures­ musulmanes? Même pas! Ecoutons certains d'entre eux:

"- Ainsi l'invitation par la TV de "responsables" religieux ­balbutiants et incohérents censés représenter l'ensemble des ­maghrébins, la diffusion de "radio, commerce trottoir" où l'on ­exhibe de préférence "ceux qui font dans la provocation" pour ­pimenter le sujet, nous font regretter le temps où nous n'avions ­pas d'existence médiatique. Et la supercherie continue avec le ­ramadan. Pourtant tous les maghrébins ne sont pas musulmans. Et­ presque tous ceux qui "s'affirment" tels, m‚connaissent l'Islam. ­Quant à ceux qui pratiquent réellement, les intégristes ou ­presque, ils sont une poignée. Ils tirent bénéfice du battage que ­l'on fait autour de la religion. Leur bonheur est de susciter un­ prosélytisme à rebours. N'oublions pas que les extrêmes s'entre­tiennent mutuellement."

Le constat, date de mai 1991, et il est le fait d'un Algérien de France, Areski Amellud[24]. Etaient alors rappelées des vérités. Depuis les choses ont évoluées dans un sens tel que des adeptes de l'intégrisme ont peu être "légitimés" au sein d'un conseil musulman français au bord d'une énième explosion ; au point qu'un personnage politique français, Rachid Kaci, parle de faillite de la politique d'intégration et plus grave qualifie le système politique actuel de "République des lâches" (dixit)[25]. Et pourtaqnt les avertissements n'vaient pas manqué. Ainsi, Areski Dahmani, alors président de "France Plus" qui­ militait pour l'intégration des immigrés installés en France, ­a-t-il pu déclarer (France-Soir du samedi 28 Décembre 1991):

"-Les islamistes ont une logique internationale et le­ Maghreb était un des seuls pôles de résistance. C'est d'ailleurs ­en ce sens que la légalisation d'un parti comme le FIS sur des ­bases religieuses est une véritable trahison du FLN vis-à-vis des ­gouvernements marocains et tunisiens qui luttent contre les ­int‚éristes. Déjà, il existe en France des éléments intégristes­ qui tentent de noyauter l'immigration. Mais c'est à la France de­ prendre ses responsabilités et de les expulser." (propos ­recueillis par Raphaëlle Bacqué)[26]

 

Citons une autre , celle par exemple de Slimane ­ZEGHIDOUR, datée de novembre 1989:

"- En appelant de leurs vœux - pieux, pourrait-on ­ajouter - la désignation d'une autorité représentative, se ­donnant ainsi une instance normative, les musulmans consacrent ­moins l'enracinement de l'islam en France qu'ils ne le coulent ­dans le moule français, se conformant pour la première fois aux­ mêmes modèles d'expression sociale que le judaïsme et le­ christianisme. On pourrait même ajouter, qu'en dépit de ­l'influence de groupes ou d'Etats extérieurs, la réislamisation­ d'une minorité parmi les musulmans procède, pour une bonne part, ­de facteurs culturels … l'œuvre dans toute la société française: l'américanisation - qui détermine la cristallisation de ghettos ­ethniques, à l'instar de ce qui se produit aux Etats-Unis - et un­ certain antiracisme faisant l'éloge des "différences", des ­"spécificités" de la "France pluriculturelle" - comme si elles étaient des qualités en soi-  avec le risque réel de fragmenter ­le bonne vieille communauté nationale en un archipel de­ communautés : juive, arménienne, musulmane ."[27] . Quinze ans déjà et combien de rendez-vous manqués, au point que c'est la cohésion du pays qui est en cause et pas d'ailleurs que du seul fait de la présence dite musulmane.

 

Du reste, la ­plupart des immigrés qualifiés de musulmans ont un ­abord superficiel de l'islam. Il est aberrant, que "des spécialistes du monde arabe" viennent doctement reproduire le discours d'un certain islam sur­ lui-même. Pour respecter quelle susceptibilité? L'imposture­ mérite d'être soulignée. Osons subodorer, sous ce faux respect­ aisément conciliable avec un mépris sournois, tenace, la pire des ­complaisances?

La culture musulmane souffre d'une ­ambiguïté qui tient à la base même de son postulat prophétique.­ Un nombre conséquent de versets du Coran trouvent leur origine ­dans les légendes talmudiques, les fictions apocryphes et les ­contes orientaux

 

Pour complaire à tout le monde, certains pourtant qualifiés de "spécialistes" ou "d'intellectuels" en arrivent à ­mélanger tous les concepts : "race", couleur de peau, ethnie,­ origines, nationalité, religion. Combien de fois d'ailleurs ­faudra-t-il répéter qu'immigration, en France, ne rime que­ partiellement avec religion mahométane !

Le propos ne­ mériterait pas que nous nous y attardions si les vocables usités ­lors des débats franco-français sur  l'immigration et sur l'islam ne provenait ­pas d'un héritage douloureux : la guerre d'Algérie, où l'on ­appelait "Pieds-Noirs" les Européens et "Musulmans" les­ autochtones. En oubliant que les juifs d'Alg‚rie décrétés ­français par Adolphe Crémieux le 24 octobre 1870 (GIRARD P. op.­cit. page 313) étaient aussi des indigènes, comme leurs voisins ­musulmans. Quand à certains Algériens de souche, comme le grand­ poète Jean Amrouche, peut-on les qualifier de musulmans? (voir notre chapitre les secrets du Dar-al-Islam) Les dés ­sont pipés et ainsi voit-on des personnes qualifier de racistes toute les personnes qui émettent le moindre doute quant à l'islam. Nous avons nous-même était la cible des ces attaques. Une religion ce n'est pas une nationalité et encore moins une race ; c'est une conviction personnelle que les autres peuvent ne pas partager. resservent inlassablement.

 

L’Islam peut-il se moderniser ?

 

Depuis que le troisième calife du prophète de l’Islam (environ 1400 ans) a officialisé une version du Coran et a ordonné de brûler toutes les autres versions, un accord a été imposé et est presque respecté à ce jour. Il comprenait :

- La censure totale de certaines vérités, les menaces et l’intimidation ainsi que l’assassinat des personnes qui voulaient évoquer ou chercher la vérité dans le but de montrer une vision et un regard critique sur l’Islam.

- L’impression du Coran en arabe et sa traduction ont été rigoureusement surveillés et contrôlés pour que les masses musulmanes et non musulmanes ne puissent pas lire ou voir certaines contradictions et fautes graves.

La censure qui régnait dans le milieu islamique a amené les gardiens de ce parti politique à évoquer et à faire la propagande des points positifs du Coran et de l’histoire. Tout cela dans l’optique de faire oublier les contradictions qui existaient et qui subsistent toujours dans le Coran. 

Alors que l’Islam se permet de critiquer les autres croyances comme le Judaïsme ou le christianisme, une simple critique envers leur croyance engendrait la mort.

Deux piliers très importants du christianisme concernent la crucifixion du Christ et savoir qui était le fils de Dieu. Ces deux piliers ont été attaqués et niés officiellement dans le Coran (sourate X verset Y).

Concernant le Judaïsme, le monde entier sait que les Juifs ne croient pas que Dieu avait un enfant. Cette accusation a été portée clairement dans le Coran à savoir que les Juifs estiment que l’individu, OZAYROON, était fils de Dieu !!

L’autre politique démagogue était d’annoncer, prononcer, insister sur le fait que tous les autres prophètes avant Mohammad comme Jésus, Moise, Abraham, Adam…étaient des Musulmans et que l’Islam avait reconnu ces individus comme des prophètes.

Tout d’abords, comment se fait-il qu’on les reconnaisse en tant que prophètes sans accepter le pilier de cette croyance ? et en reniant des sujets qu’ils n’ont jamais cru ?

Ensuite, l’Islam qui veut dire soumettre à Allah et soumettre à Mohammad n’existaient pas à l’époque de Jésus, Moise, Abraham !?

Par conséquent, comment peut-on les considérer comme des Musulmans !

Pour mieux comprendre cet enjeu démagogue qui avait pour but de calmer d’autres croyants et de les attirer vers le nouveau parti politique de l’Islam, comme nous le disons dans le troisième millénaire, le Général De Gaulle serait membre de l’UMP. 

Alors puisque l’Islam d’origine était politique et vu qu’il y avait beaucoup de contradictions, il sera difficile de le moderniser sauf si les Musulmans acceptent qu’une grande partie des versets guerriers et violents du Coran ainsi que les versets contre l’égalité des femmes… soient annulés et perdent de leur validité.

Ce qui sera sans doute très difficile voire même impossible, c’est d’être accepté par le Clergé musulman car si cela arrive, leur fond de commerce sera brisé pour toujours.

Par contre, quand la vérité apparaîtra pour le peuple musulman comme nous avons pu le constater dans l’histoire et encore aujourd’hui, l’idée du parti musulman (Islam Politique) sera abandonné.

Il y a plusieurs millions de musulmans qui sont soit laïques soit avec une grande fierté quand ils annoncent qu’ils ne sont plus musulmans et se convertissent à d’autres croyances.

Le clergé islamique doit accepté les critiques sur l’Islam et doit comprendre qu’il n’existe aucun sacré autre que l’être humain.

L’Homme est sacré, les Droits de l’Homme sont sacré, la liberté d’expression et de pensée l’est également. On ne peut pas les toucher mais par contre on peut toucher n’importe quel texte sur l’Individu à partir du moment où il rentre dans l’activité sociale et politique.

La position officielle de la France laïque !

 Aujourd’hui, le voile est interdit, les lois islamiques sont interdites (l’expulsion de l’Imam de Vénissieux, Mr Bouziane, qui avait annoncé dans un journal les lois islamiques concernant les femmes).

L’Etat français a encore prit une position officielle contre ces lois.

Les fondamentalistes vont commencer à utiliser la première période de la création de l’Islam pour se préparer en cachette (pour les deux autres périodes).

Même dans le Coran, au verset 54 de la sourate ALE OMRAN (Al-Imran), les musulmans sont autorisés à être rusés et futés au moment opportun.

 C’est le cas aujourd’hui de la plupart des fondamentalistes musulmans quand ils sont face aux laïques et rationalistes. 

 Le verset est ainsi, ils (les juifs) étaient futés et rusés, Allah en a fait de même, Allah est le plus grand futé et rusé de tout les temps.

L’islam politique n’est ni laïque ni démocratique ni rationnelle ! ?

 

Désormais la France a officiellement prit position contre les lois islamiques. Les islamistes vont commencer à devenir des politiques et vont utiliser d’autres méthodes de travail.

Sans aucun doute, ils vont mobiliser les individus ignorants pour pouvoir faire avancer leurs idées.

 

Ils disent qu’il faut mettre l’Islam, le Coran et l’attitude de Mr Mohammad dans son contexte. Alors les gens qui ne connaissent pas bien l’Islam ne comprennent pas non plus cette question de contexte car le contexte de l’occident d’aujourd’hui est celui des états démocratiques, laïques et rationnels, alors il est contre les lois islamiques.

Pourquoi contre ?

citer des extraits du livre, L'islam top secret!! Regard Critique Sur l’Islam ! : ABBASI David Hassan, Siyavash AWESTA