hassan abbasi,general haenri paris

Home

ABBASI David Hassan (siyavash AWESTA) 

 INTERVIEWS avec le GENERAL Henri  PARIS

Radio Ici & Maintenant

  A - Chers amis nous recevons le général Henri Paris, ancien conseiller de Pierre Joxe et de Jean-Pierre Chevènement Le  Général est également écrivain. Il a publié beaucoup d'ouvrages, le plus récent est est "L'ATOME ROUGE". Pourquoi ce titre ?

 

P - Atome parce qu'il s'agit d'une arme nucléaire et que je retrace dans ce livre l'histoire de l'arme nucléaire soviétique et russe. Alors comme la couleur emblématique de l'ancienne URSS était redevenue celle de l'armée russe elle est rouge. Voilà : j'ai appelé ça l'atome rouge. Je retrace le passé, la découverte, de cet atome rouge, et je pense aussi à son futur.

 

A - Vous pensez mon général à l' assassinat d'un écrivain, ancien ministre,  professeur iranien Les pays qui ne respectent pas les valeurs internationales représentent-ils  un danger mondial  s'ils ne possèdent pas cet atome rouge ?

 

P - Bien sûr, c'est un danger mondial. Maintenant l'atome, le nucléaire prolifère. Il y a un traité de non prolifération qui a été signé, où ne participent pas toute une série de pays  par exemple Israël, l'Inde,  le Pakistan , et ce sont des pays qui possèdent le nucléaire D'autres qui ont signé ce traité de non prolifération comme l'Irak ont fait des recherches nucléaires et quel que soit la valeur des traités, je ne pense pas que l'on puisse empêcher sa prolifération . Un frein oui, mais on l'empêchera pas. C'est comme ça, on ne désinventera pas l'atome et  les soviétiques , en premier lieu, les russes maintenant l'appréhendent, alors ils cherchent beaucoup plus de défenses contre l'atome, des  systèmes défensifs plutôt que de chercher à l' interdire , parce que ça se fera de toutes les manières.

 

A - Mon général vous venez de dire que par exemple Israël n'a pas signé le contrat mais par contre l'Irak l'a signé, l'Iran aussi, le Pakistan ne l'a pas signé.

 

P - L'Iran l'a signé,  sans en avoir la preuve bien sûr mais il est évident   qu'il procède à des recherches nucléaires militaires.

 

A - Mon général , après la chute des communistes en Union Soviétique , c'est un débat qu'on attend beaucoup. On dit que ce qui existait du nucléaire la-bàs dans l'ex-république de l'Union Soviétique est en train de partir  Y a-t-il une  surveillance sur ces départs, ces ventes oui ou non ?

 

P - Bien sûr qu'il y a une surveillance. de la contrebande des matières civiles et militaires. Je ne crois pas que ce soit ça qui soit tellement grave. Ce qui est beaucoup plus important c'est la fuite des cerveaux . C'est ça le grand danger et contre celà on ne peut strictement rien. On ne peut pas empêcher un cerveau de fuir et pour un état, réunir une équipe de nucléaristes  ça ne coûte pas cher. Il en faut un tout petit nombre pour mener des recherches correctes sur l'arme nucléaire, l'arme " A " , telle qu'elle existe c'est-à-dire l'arme banale, atomique, l'arme de Nagasaki et d'Hiroshima.

 

A - Qu'est-ce qui est le plus important ?

 

P - C'est le cerveau, et non le matériel. Les techniques nucléaires sont tout -à- fait banalisées. On les apprend même dans les lycées, les classes terminales. Je parle du nucléaire civil. Mais le nucléaire civil c'est-à-dire la source d'énergie, est une technologie qui est extrêmement proche de la technologie militaire. Celui qui saisit l'une, la technologie civile , peut très bien passer sur la technologie militaire. Ce n'est pas difficile mais ça ne se fait pas dans l'arrière salle d'une épicerie, il faut des laboratoires. Si un état veut se doter de l'arme nucléaire, il lui est tout à fait possible de trouver une équipe de nucléaristes, mais en URSS ils n'ont plus d'emploi. Pourtant, ce qu'ils veulent c'est continuer à travailler mais ça c'est une affaire de savant.s  Ensuite la technologie nucléaire elle -même se banalise, il n'y a plus de secrets de ce côté là,  c'est une affaire de laboratoire, une affaire de sous, mais il en faut beaucoup maintenant. c'est une technologie qui est devenue banale.

 

A - Vous pensez donc que c'est le droit de tous les peuples, de tous les pays de pouvoir obtenir cette technologie moderne ?

 

P - Je ne dirais pas que c'est le droit ou que ca ne l'est pas.Le traité de non prolifération, doit être respecté. , c'est la base même de tout le monde civilisé. C'est un vieux proverbe latin qui a été écrit il y a 2000 ans "Pacta son seremba", (les traités doivent être respectés),  mais le nombre de  ceux qui ne le sont pas  remplit des salles entières au Quai d'Orsay et ailleurs. Un traité n'a que la valeur que l'on veut bien lui donner. Il sont violés, ne  sont pas respectés et l'un des exemples est celui de l'Irak, mais il n'y a pas que lui ,  bien d'autres pays agissent ainsi, alors il faut être tout- à- fait lucide. L'Union Sud -Africaine a renoncé à l'arme nucléaire,  pourquoi l'a-t-elle demantelée?  Tout simplement parce que Mandela arrivait au pouvoir,  et ni Declerc ni les américains , pas plus que l'ANC n'en voulaient.

 

A - En somme c'est politique ?

 

P - Mais oui, c'est une affaire politique. Internationale ! Le national c'est sacrément restreint.

 

A - Vous le nommez comment ?

 

P -  Ce n'est pas une attaque contre l'Union Sud-Africaine, ni non plus contre le  Président Declerc, c'est une position très ettayée que j'emets ,et j'attends que l'on  me dise non, ce n'est pas vrai.

 

A - Donc les américains n'avaient pas la même confiance envers Declerc qu'envers avec Nelson Mandela ?

 

P - Ils avaient plus confiance en Declerc qu'en  Nelson Mandela parce que ils ne savaient pas ce que pouvait  devenir l'ANC, l'African National Congres Les américains ont toujours voulu avoir l'arme nucléaire et en être unilatéralement possesseurs;  ils n'ont pas pu et ont été rattrapés très vite par les soviétiques, puis, ensuite, ils ont essayé de faire un accord avec les soviétiques pour conserver cette arme nucléaire à deux. Cet accord a été parfaitement repecté autant de la part des soviets que des américains. Il n'y a pas eu d'exportation de technologies en nucléaire de la part des soviétiques, même à l'égard de la Chine, d'où la rupture des relations entre ces deux pays.

Du côté américain c'est la même chose,;les français qui étaient alliés des américains ,ont du obtenir cette arme nucléaire uniquement par leur propre travail.  La recherche nucléaire française qui était en très très bonne voie jusqu'en 1940 a bien entendu été interrompue par la guerre, elle a repris  dès 1946. Dès que l'on a créé  le CEA, le Centre de l'Energie Atomique en France on a créé une division des applications militaires et la recherche nucléaire française a repris.  C'est paradoxal, mais c'est normal, sous l'égide de la gauche. A l'époque le ministre français des Armées était  communiste , ensuite tout le monde sait que c'est Mendès France qui a poussé à l'arme nucléaire;c'est donc pour cela qu'il n'a pas voulu signer le traité de la CEE parce que l'une des annexes obligeait de mettre les matières fissiles au delà d'un certain seuil dans un pot en commun avec les alliés de la CED dont les allemands, ce qui bloquait la recherche nucléaire française, ou tout du moins celle-ci aurait dû être placée sous la surveillance des alliés de la CET, d'où le rejet de Mendès France ; ensuite,il y a eu l'épisode du Suez,  où l'URSS a menacé les français et les britanniques et très objectivement les américains faisaient cause commune avec les soviétiques pour barrer la route aux anglais. Il y a eu des manoeuvres de la flotte américaine qui étaient destinées  à intimider  les forces franco-britanniques qui avaient débarqué à Suez; les français et les britann iques avaient contre eux les égyptiens ,les soviétiques et aussi les américains. Les franco-britanniques ont été soumis à un ultimatum de la part des soviétiques.  Tout le monde sait ce que c'est devenu. L'expédition a été arrétée. Mais la conclusion de cette affaire est que le gouvernement français, celui de Guy Mollet, a fait immédiatement décupler les crédits nucléaires ,tandis que les américains ont pris  un autre chemin. Lorsque de Gaulle, deux ans ,après retrouve la France il découvre l'arme nucléaire dans la corbeille de mariage  Toute la recherche était faite, elle était même programmée, toutes les expérimentations, tout était fait. Ce qui ne lui enlève aucun mérite, je ne cherche pas du tout a dénier la valeur ou la responsabilité du Général de Gaulle dans cette affaire, elle est immense., mais il  se retrouve en continuation  d'une longue politique française de recherche de l'arme nucléaire.  Nous voilà un peu à l'écart des russes, des soviétiques dans cette affaire ,mais eux aussi leur recherche nucléaire a été extrêmement longue avec une continuité tout -à -fait remarquable, ayant commencé bien avant la seconde guerre mondiale;  ils avaient obtenu de bon résultats , mais ils  ont été contraints d'évacuer en 194 de part l'invasion allemande . Ce qu'ils ont évacué en premier lieu ce sont les laboratoires de recherche nucléaire. La recherche nucléaire soviétique a repris dès 1942 , et elle a été accélérée à partir de 43. Alors ,j'écris dans mon livre que Truman, à la conférence de Podsdam, a confié à Staline que les américains possédaient l'arme nucléaire, d'où une mimique de la part de ce dernier L'arme nucléaire soviétique qu'ils avaient appellée du nom de code "Uranus "(en pensant à Béria )   Pourquoi parce que Béria, en dehors du fait qu'il était  le chef du KGB, en dehors des crimes qu'il avait commis, était  un remarquable organisateur,  et ce programme nucléaire soviétique a été mené à bonne fin par lui jusqu'à l'obtention non seulement de la bombe A mais aussi de la bombe H. Et cela en des temps records ! Alors on peut dire -et c'est certainement vrai - cela  a été prouvé depuis qu'il y a eu de l'espionnage,  de la part des soviétiques, mais cet espionnage, il fallait qu'il tombe dans des mains et dans des laboratoires qui soient capablesd'exploiter ce qui avait été espionné, ce qui était le cas de l'URSS. On peut toujours espionner les secrets nucléaires français, américains, russes et d'autres ,et puis les transmettre  chez les esquimaux, ça ne donnera rien du tout parce qu'il n'y a pas de laboratoires de recherche, parce qu'il n'y a pas de scientifiques, parce qu'il n'y a rien du tout. Il faut savoir les exploiter ; en tout cas , chez les soviétiques à l'époque , c'était tout -à -fait possible. Par ailleurs, si espionnage il y a eu, en ce qui concerne la bombe A, ceci devient inexact en ce qui concerne la bombe H puisque les soviétiques l'ont eue opérationnelle en l'état  plus vite que les américains. Alors si espionnage il y a eu ,c'est partir donc dans l'autre sens Je ne crois pas que là, ça ait marché exactement.

 

A - Mon général ne pensez-vous pas qu'après la signature définitive des accords, les peuples très puissants comme les Américains, vont avoir les moyens d'une manipulation sur l'arme nucléaire mondiale ?

Lors d'un précédent entretien, vous avez parlé des essais nucléaires autorisés par Jacques Chirac : ils servaient, vous l'avez précisé, à montrer, avant la signature du traité ,que la France disposait encore de quelque chose...

Les américains se prétendent toujours leaders du monde entier, ils ont le souci de faire aboutir un traité, mais ce sont eux-mêmes qui ont utilisé cet arme pour la première fois, ils ont massacré des millions de japonais.. Alors je sais pas comment le monde entier peut faire confiance aux Etats-Unis avec la force dont ils disposent, puisque , dans le domaine nucléaire , il sont plus fort que d'autres pays... ne pensez-vous donc  pas que ça va aussi être un danger mondial pour les autres pays d'autant plus  que l'Amérique a eu peur à un moment donné de Mandela. Mais Mandela c'était un prisonnier politique.. enfin, il n'avait pas le pouvoir.

Alors quel est votre avis ?

 

P - Ce que vous dites est tout à fait exact, et c'est un peu paradoxal, du fait que les Etats-Unis qui ont été seuls à utiliser l'arme nucléaire  se fassent  maintenant pratiquement les champions de son interdiction. Il faut être lucide,  le traité de non-prolifération est bien entendu très discriminatoire. Il autorise légalement le club nucléaire, c'est-à-dire les  pays nucléaires que sont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et la Chine à être possesseurs de cette arme nucléaire ,tandis que les autres pays signataires s'interdisent désormais de l'avoir. A partir du moment bien sûr où ils ont signé. Alors de part les termes du traité, on doit travailler à la dénucléarisation.

 

A - De tous les pays ?

 

P - De tous les pays y compris ceux du Club Nucléaire. Cette année, ,en 1996, ,on doit signer un traité complet des interdictions des armements nucléaires, des essais nucléaires,  D' abord les essais de très faible amplitude ne peuvent pas être détectés et les américains eux mêmes ont procédé à quelque 2.OOO   essais , qui n'ont pas été détectés.

 

A - Ils ne les ont pas déclarés?

 

P - Non.

 

A - Alors c'est qu'ils ont triché ?

 

P - Oui ils ont triché, mais ce sont  eux qui ont dit qu'ils avaient  triché, pour montrer leur force et puis  pour expliquer très officiellement que les moyens de détection ne sont pas parfaits. Effectivement les moyens de détection sont  de type sismique. Lorsqu'il s'agit d'une très faible amplitude et qu'elle est souterraine, cette expérimentation,  on ne la détecte pas. Alors on peut continuer à faire ces essais.

 Tout le monde est bien d'accord y compris les français pour se doter de moyens de simulation. Si l'on veut simuler,  ce sont donc des expérimentations nucléaires  que l'on  ne prévoit pas de s'interdire puisque l'on simule. Alors, il ne faut pas être naïfs, l'arme nucléaire est un moyen , ce n'est pas une fin, et comme tout moyen il est à la disposition de l'homme qui  en fait ce qu'il veut selon ses intentions; il ne faut pas être aveugle, ne pas être omnibilé, être naïf, ni angélique il faut voir les choses comme elles sont et  non pas comme on voudrait qu'elles soient, il ne fallait pas l'inventer , mais voilà on l'a inventée. Maintenant comme on l'a inventée on  ne l'a désinventera pas, pas plus que l'on n'a désinventé la poudre à canon , l'arbalète; l'arme existe et puis c'est fini. Alors, à limite, je dirais que les russes sont très forts, et il n'y a pas d'arme absolue , ils travaillent et ne sont pas les seuls à chercher une parade. La parade c'est l'interception des missiles qui envoyent l'arme nucléaire, donc le vecteur, un système de vecteur de port. Alors les soviétiques se sont attaqués à ça;  les russes continuent, et toutes les technologies, toutes les recherches portent à l'heure actuelle sur l'attaque du missile, c'est-à-dire comment l'intercepter. Il y a plusieurs systèmes  : le premier c'est le missile intercepteur qui intercepte tout simplement un antimissile ; le deuxième système utilisé , qui a surtout la faveur des russes , c'est l'impulsion électromagnétique, qui consiste à faire exploser à une altitude et à une force convenue ,une arme nucléaire qui permet de liquider, de griller les composants électroniques des missiles. Pour parler plus simplement, d'une façon schématique, il s'agit de créer dans l'espace extra-atmosphérique un gigantesque court-circuit. Le composant est grillé , et à ce moment là, le missile avec sa tête nucléaire devient un bout de ferraille qui n'a strictement plus aucune utilité, plus aucune valeur. Alors c'est pour çela que je me répète, il n'y a pas d'arme absolue. Maintenant, nous, européens, occidentaux, et humains, nous sommes à la veille de cette ère nucléaire,qui a commencé il y a 50 ans. Au regard de l'histoire, c'est très  faible , et nous n'avons pas encore une parade correcte, mais américains et russes y travaillent , ces derniers surtout  car c'est dans leur philosophie, dans leur recherche Ils estiment qu' il n'y a pas d'arme absolue en terme marxiste, dont il faut pas oublier qu'ils sont imprégnés, Les soviétiques estimaient qu'il y avait des lois de la guerre. Ils appelaient ça les lois de la négation. Négation c'est-à-dire qu'on nie une arme, on l'interdit par des moyens , et que cette interdiction, cette parade peut être comprise  par une autre parade alors on nie ce qui est déjà nié et ainsi de suite, alors les marxistes finalement n'ont pas découvert grand chose parce qu' en Occident  on le savait; aussi, appelle-t-on  ça la lutte entre le glaive et le bouclier, la défensive et l'offensive, le boulet et la cuirasse,  mais y a pas de cuirasse qui puisse arrêter un boulet on trouve toujours un boulet qui troue la cuirasse et quand on a trouvé la cuirasse que ne troue pas un boulet  on fait un boulet plus fort et ainsi de suite, et cela  s'appelle la course aux armements.

A - Pensez-vous que ce traité peut être simulé ? Peut-on le mettre en route comme c'était programmé et si oui,  y a-t-il  une meilleure solution pour l'arme nucléaire mondiale  ?

 

 

 

 

P - Oui le traité d'interdiction complète des essais  sera signé,  mais quelle valeur  aura-t-il ?  on ne peut pas empêcher les essais de se faire et on ne peut pas les détecter. Rien n'indique que la Chine ne va pas procéder à un nouvel essai nucléaire. Il  sera bien entendu le dernier, c'est ce qu'elle dira toujours;  ensuite ,dans un avenir lointain , si les Etats-Unis veulent procéder à un petit tir nucléaire en souterrain, qui pourra les en empêcher puisqu'on ne pourra pas le détecter. Ils ont des systèmes de simulation qui permettent de se passer de ces essais nucléaires.ce que ne peuvent pas certains pays, tout simplement parce qu'ils n'ont pas les systèmes de simulation , mais ils les auront. On n'arrête pas le progrès. Les facultés et les systèmes de compréhension, les systèmes d'éducation et de formation à l'étranger dans ce qu'on appelait le tiers-monde ,certaines facultés scientifiques du tiers-monde valent celles des occidentaux. Je n'en prends qu'un seul exemple : Taïwan recherchait l'arme nucléaire puis il a été arrêté par les Etats-Unis, mais comme ce pays a une puissance scientifique qui lui permet d'y accéder, la  veulent-ils ou non ?l. Ca, c'est une affaire politique, et à la question : peuvent-ils l'avoir ou ne peuvent-ils pas l'avoir, la réponse est :ils peuvent l'avoir. Il en est de même de l'Allemagne.,et la liste des pays qui sont suceptibles d'avoir l'arme nucléaire est nombreuse, à la date d'aujourd'hui,  elle dépasse la trentaine. Alors, la veulent-t-il  ou ne la veulent -t-ils pas ? c'est une affaire politique,  mais la souche scientifique est irréfutable : oui ils le peuvent.

 

A - Je voudrais vous poser une question d'actualité qui  concerne  l'atome rouge c'est-à-dire  les actes des terroristes comme celui qui a été perpétré récemment à Paris.Comment  se fait -il que les terroristes  se permettent  d'opérer tranquillement  en France et que les  peuples qui agissent derrière eux  soient équipés de l'arme nucléaire  après la signature du traité ? un terrorisme qui vienne d'Iran, d'Algérie, et qui est même de concurrence internationale ,  alors ne pensez-vous que ces pays là , ces actes là, ces gens là, s'ils utilisent  un jour l'arme nucléaire représentent un réel danger pour  l'humanité!

 

P - Le terrorisme nucléaire, à l'heure actuelle est impossible. Si  l'arme nucléaire est pratiquement au niveau de n'importe quel état, il n'en est pas de même pour un petit groupe d'individus et on ne fabrique pas l'arme nucléaire dans la réserve d'une épicerie. Maintenant si un Etat se livre au terrorisme, fait du terrorisme d'état, alors là, tout est possible . Dans l'avenir est-ce que des groupes d'individus de ce genre là auront autant de capacités  à fabriquer une arme nucléaire qu'aujourd'hui ils en ont de fabriquer un canon,  un pistolet, ou une arme quelconque? Mais enfin, faute de pouvoir fabriquer un canon ou un pistolet on l'achète. N'exagérons pas sur l'arme nucléaire;  là aussi, elle ne se vend pas dans les Prisunics, et elle ne sera jamais vendue dans les supermarchés, non plus même dans un avenir lointain,.mais le terrorisme d'état oui, ce n'est pas exclusivement exclu  On a ouvert  la boîte de Pandore, et maintenant qu'elle est ouverte on peut plus la refermer.

 

A - Que pensez-vous des essais nucléaires français ?

 

P - Je pense que Jacques Chirac avait raison de promouvoir cette série d'essais nucléaires  Il avait raison parce qu'il était absolument indispensable de poursuivre le programme français ; par contre ,je ne comprends pas son erreur lorsqu'il a déclaré la poursuite de ces essais six mois auparavant. alors qu'aucun de ses prédecesseurs ni de Gaulle, ni Pompidou, ni Giscard d'Estaing, ni Mitterand n'avaient annoncé à l'avance qu'ils allaient procéder à des essais , moi j'appelle ça une erreur politique. Le Président de la République française a commis une erreur politique. Ca n'était pas la peine de l'annoncer et d'exciter l'opinion publique internationale. On ne peut pas dire les choses plus simplement que je ne le dis.

 

A - Ne pensez-vous pas mon général que le fait de déclarer son intention à la veille de la signature ne peut que être positif et affirmer le caractère de Monsieur Jacques Chirac, tout en soulignant la différence de la France par rapport aux américains et aux anglais ?

 

P -On l'aurait bien vu lorsque les essais auraient été réalisés, ça n'était pas la peine de déclarer, l'intention de rupture du moratoire quelque chose comme six mois à l'avance, çela  paraissait comme un défit. C'était totalement inutile; ensuite, les essais une fois réalisés, c'est à grands fracas qu'on démantèle tout. Le démantèlement des sites nucléaires français n'empêchera pas la prolifération,  Je pense que rien n'interdit de poursuivre ces essais,  soit par des systèmes de simulation, ce que font les américains, les russes et les français puisqu'ils mettent au point un système de simulation  et ça n'interdit  pas non plus des essais occultes, des essais clandestins de faible amplitude. Le problème maintenant n'est plus d'avoir la puissance, ce sont  les problèmes de puissance qui font l'arme nucléaire, les problèmes pour avoir des charges variables ou de très faible intensité. Les expérimentations peuvent-être réalisées soit par simulation soit  d'une façon clandestine, et on ne le saura pas.

 

A - On utilise le nucléaire pour produire de l'énergie, alors si certains pays prochainement n'ont pas l'occasion d'avoir cette technologie n'auront -ils pas manqué quelque chose qui serait utile pour ces pays là ?

 

P - Tout à fait. L'énergie nucléaire est à peu près indispensable pour être transformée en énergie électrique. L'énergie nucléaire est la plus rentable et la moins coûteuse qui soit, c'est aussi, , la plus écologique, celle qui conduit au moins de dégâts pour l'environnement, à condition bien entendu qu'il n'y ait  pas de Tchernobyl à répétition, je dirais qu'il n'y ai pas de Tchernobyl du tout.

Les accidents sont possibles, s' il n'y a pas une surveillance très étroite. Alors il faut reconnaître à la France que c'est encore chez nous que les systèmes de sécurité sont les plus forts les plus puissants , c'est là que ça se joue le mieux. Maintenant les autres pays et la France aussi n'est pas à l'abri de l'accident, , surtout si les mesures de sécurité ne sont pas prises, . D'un côté il faut aussi reconnaître que la puissance des mouvements écologiques incite profondément les états à doubler, tripler, quadrupler, quintupler les systèmes de sécurité. Si Tchernobyl a eu lieu, ce n'est certainement pas par hasard, c'est parce qu'en URSS, à l'époque, il n'y avait pas d'opposition , pas de système écolo, de force écologique. Alors , par un souci de rentabilité, l'état soviétique a fait tout et n'importe quoi dans un seul but de rentabilité. En méprisant radicalement les notions les plus élémentaires de sécurité., ils ont transformé les soviétiquesen une  poubelle, ce qui est impossible en Europe occidentale parce qu'il y a des mouvements écologiques qui s'y opposeraient immédiatement.

 

A - Est-ce qu'il n'y a pas une certaine hypocrisie de la part de tous ces pays qui vont signer ? Parce qu' à la limite ils vont signer et , en laboratoire ,ils vont continuer leurs recherches.

 

P - Tout à fait, c'est une hypocrisie gigantesque  et je l'écris dans mon livre "L'ATOME ROUGE" qui paraît aux EDITIONS L'HARMATTAN, le traité de non-prolifération est un traité discriminatoire qui maintient la puissance nucléaire des cinq pays dits nucléaires c'est-à-dire ceux qui ont légalement l'arme nucléaire, c'est-à-dire ceux qui ont pu procéder à une expérimentation nucléaire avant le 1er janvier 1967. Alors ceux-là sont légalement nucléaires ils ont le droit d'être nucléaires ,et ce privilège ils le maintiennent.

 

A - Ils peuvent signer ce traité parce que justement ils ont tout ça.?

 

P - Oui et ils l'ont signé. Le traité a été signé en 68 il est rentré en application en 1970 avec effet rétroactif au 1er janvier 1967. Tous ceux qui avaient ,de par le traité, l'arme nucléaire antérieurement au 1er janvier 1967 l'ont  légalement . Ceux qui l'ont sans avoir procédé à des essais nucléaires avant cette date, l'ont illégalement ,et tous ceux qui voudraient l'avoir seraient également dans l'illégalité.. Bien-sûr que c'est une gigantesque hypocrisie.

 

A - Est-ce que l'on peut se servir, acheter ce qu'on appelait à l'époque des bombinettes, c'est-à-dire des bombes qui détruiraient plus localement ?

 

P - Il faut voir quand même, on ne manie pas l'arme nucléaire comme on veut. Elle a été utilisée contre les japonais. Depuis cette date, août 1945, elle n'a plus été utilisée d'un commun accord entre les deux super grands , c'est-à-dire les américains et les soviétiques Il était clair que pour l'un et l'autre camp que tout utilisation de l'arme nucléaire aboutirait à un suicide collectif des Etats-Unis , de l'URSS et de celui de la planète. . Alors, c'est cet équilibre de la terreur qui a empêché l'utilisation de l'arme nucléaire. De part et d'autre, on a sorti des stratégies qui s'appellent des stratégies de la dissuation qui visent à dissuader l'adversaire d'utiliser l'arme nucléaire. C'est très clair maintenant on ne peut pas utiliser son armement nucléaire en le menaçant d'une riposte qui serait encore plus forte, riposte nucléaire. C'est très clair maintenant on ne peut pas utiliser l'arme nucléaire n'importe comment et n'importe où , mais ce que vous avez indiqué , c'est-à-dire la recherche de l'armement nucléaire de faible capacité, les américains appellent ça les mini-youks,  c'est une technologie qui est acquise,  mais il y a eu des mortiers de l'artillerie nucléaire, des obus nucléaires qui ont été mis en oeuvre et qui n'ont pas été utilisés Dieu merci il n'y a pas de guerre.

Maintenant il faut être lucide. Il faut pouvoir se défendre de manière à empêcher que les conflits n'interviennent et en attendant ce n'est  pas avec de s belles  paroles que les conflits n'interviennent pas et  que les totalitarismes s'effondrent. L' URSS était une dérive communiste, une dérive bureaucratique qui a viré au totalitarisme entre la pensée de Marx à l'origine et  entre ce qu'en ont fait Lénine, Staline et ses successeurs, il y a un monde. Marx n'a jamais prôné la guerre à outrance ; or l'URSS était surarmée, et si elle n'a pas utilisé son armement, c'est parce qu'il  y avait un équilibre qui était fait à l'ouest et  que l'ouest a su contrer cette menace militaire par une riposte possible ,  et voilà pourquoi la guerre n'a pas eu lieu. Si on remontait l'histoire d'il y a 50 ans, la guerre contre l'Allemagne, les bonnes paroles, les grands discours, les prêches n'ont rien fait.  Le totalitarisme hitlérien, il a fallu l'abattre par la force des armes , sinon c'est lui qui aurait submergé les démocraties. Certaines démocraties, de part le jeu du capital et d'une concurrence, ont tendance à opprimer elles aussi ,et là il ne faut pas faire d'angélisme, de même que si les dépenses de défense diminuent dans le monde occidental au Mali elles montent.comme la Thaïlande est  en train de se doter d'un porte-avion,  mais  ça n'est pas pour faire des promenades en mer.

 

Un auditeur pose une question à monsieur Abbasi :

 

A propos de l'Iran, je me pose personnellement et en cercle familial plusieurs  questions précises. La première ce sont les relations entre l'Iran et le Ezbollah , et, à venir peut-être entre l'Iran et la Syrie ; je sais que ces Etats ne s'aiment pas tellement, mais ils ont peut-être des interêts en commun ? Ensuite, le potentiel futur de l'Iran, si jamais la centrale nucléaire se terminera d'être construite, si on la laisse finir, les éventuelles réactions des USA au cas déjà pour la montée du terrorisme si ça continue comme ça c'est grave et envers l'éventuelle puissance nucléaire. Connaissant l'exemple de la Lybie et de l'Irak, on ne les laisserait peut-être pas dépasser un certain seuil.

 

A - Comme tout le monde le sait, le Esbollah est une branche politique liée avec l'Iran, ce qui existe au Liban ce sont des chîîtes qui sont liés avec l'Iran. Même l'Iran les considère comme des iraniens et eux considèrent l'Iran comme leur pays, la caisse de l'Iran, c'est leur caisse.

 L'Iran a fait la guerre contre l'Irak pendant plusieurs années, la Syrie était tellement contente de cette guerre car elle  avait toujours des problèmes avec l'Irak, et elle voulait bien que quelqu'un s'en occupe. Actuellement,elle a  de bonnes relations avec l'Iran qui aide beaucoup la Syrie dans le domaine du pétrole. Syrie, Lybie et Iran sont trois pays très liés. L'Iran est lié avec les autres pays, que ce soit l'Amérique, Israël, l'Angleterre et l'Allemagne et actuellement avec la France, ça commence, mais il faut pas oublier que même à la veille de la guerre Iran-Irak avait même des relations avec Israël. Comme  le disais  Hari Benmenacher, ancien conseiller de Isaac Shamir, tous les contrats concernant les armes étaient faits par l'intermédiaire des israéliens. En Iran, comme en Israël, comme aux Etats-Unis, il y a plusieurs partis, ce qu'il n'y a pas en Iran puisque les partis politiques sont interdits. Il y a plusieurs ayatollahs au gouvernement iranien On parle ici de république islamique d'Iran, ce n'est pas une république puisque république ne colle pas avec l'islam. L'islam est une religion et tout comme le chrétien, le judaïsme, ce sont des lois de dieu. En Iran, il y a un gouvernement islamique, d'après Khomeiny, c'est l'état des ayatollahs, c'est-à-dire que les ayatollahs sont maîtres des gens.

L'ayatollah c'est celui qui va apprendre son doctorat dans la religion islamique c'est-à-dire que n'importe quel humain de confession islamique dès qu'il prend son doctorat en Perse on di Ichtaat, devient ayatollah. Il doit appliquer le devoir de dieu, il devient un roi.  Le problème actuel  de l' Iran, c'est qu'une partie des gens veulent gouverner au nom d'une république islamique; font une assemblée islamique, des gouvernements, des ministres, nouent  des relations avec l'occident, l'orient et à côté ils sont des ayatollahs.

 

Home