ABBASI  David (Siyavash Awesta)
Ecrivain, Journaliste, Historien, Islamologue
President de l'Institut LEP  (LAIQUE EURO PERSE) institutlep.com
Directeur de Mehr Tv  mehrtv.com
Directeur de la Radio Soleil de Perse avairan.com
Directeur du mensuel ERCHAD erchad.com

MehrTv En Français
Regardez certaines  émissions Radio Télévisées de Mr ABBASI en cliquant sur les images, MehrTV par satellite, Telestar 5 et 12 dans le monde entier Vous pouvez la regarder sur Internet en cliquant ici.  &  Notre Archive des émissions télévisées depuis l'an 1999.

English                   I am a follower of Zaratoustra!                                    پارسی Persane

08Paris.com

 ABBASI (Siyavash Awesta)

Entretien avec

Robert  Ménard

(Secrétaire Général de Reporters sans Frontières)

 Pendant  plus de 30 ans Monsieur ABBASI, grâce à ses émissions télévisées et radiophoniques, a interviewé plusieurs dizaines de personnalités internationales… Voici l’une d’entre elles !

 

David ABBASI : Comment voyez-vous, Monsieur Ménard, la violence dans la politique internationale ?

 

Robert Ménard : La violence, elle se déchaîne aujourd’hui c’est-à-dire que l’on constate pour les journalistes mais pour le monde que les conflits aujourd’hui sont de plus en plus meurtriers et touchent de plus en plus les civils. Je vais vous donner un chiffre, il y a 50 ans dans une guerre, 90% des victimes étaient des militaires et 10% des civils. C’est exactement l’inverse maintenant. Parmi ces civils aujourd’hui, des journalistes, des avocats, des contestataires, ça c’est la première chose. On le voit. Je vais vous donner un deuxième chiffre. Il y a eu pendant cette guerre en Irak, près d’une soixantaine de journalistes tués en 2 ans c’est autant qu’en 20 ans de guerre au Vietnam c’est vous dire que la violence a pris une ampleur incroyable. C’est dans les conflits armés. Ce que l’on constate aussi c’est qu’il y a une violence qui peut régler les conflits dans des pays qui ne sont pas en guerre. Aujourd’hui on tue des journalistes dans des pays où il n’y a pas la guerre, simplement vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un, vous êtes du côté du pouvoir, je vous tue pour faire taire. Pourquoi y a t-il un développement de cette violence ? Parce qu’il y a un phénomène mondial qui est l’impunité. On peut, dans un certain nombre de pays, tuer un opposant, une personne qui vous conteste, quelqu’un qui pose juste des questions dérangeantes sans jamais rien risquer. Un dernier chiffre, il y a eu plus de 500 journalistes tués au cours de ces dix dernières années dans le monde et dans plus de 95% de ces affaires, il y a eu impunité. Ce n’est pas seulement que l’on a pas trouvé les assassins c’est que l’on ne les cherche même pas car ceux qu’ils tuent sont souvent ceux proche du pouvoir.

 

David ABBASI : Une guerre contre le terrorisme a été déclaré mais malheureusement le combat n’a pas été gagné. Pourquoi ?

 

Robert Ménard : Je ne sais pas pourquoi ils n’ont pas réussi, ce que je sais ce sont les dégâts à cause du terrorisme. Il faut évidemment lutter contre le terrorisme moi je n’ai pas envie que mes enfants soient tués dans des attentas terroristes. Personne n’a envie de cela. Il faut lutter contre le terrorisme mais à quel prix ?! A quel prix ?! La lutte contre le terrorisme a dans les Droits de l’Homme trois conséquences désastreuses. Un certain nombre de régime instrumentalise la lutte contre le terrorisme en s’en prenant à tous leurs opposants. Je ne vais pas vous citer 50 exemples mais par exemple en Chine, quand j’entends les autorités de Pékin dire on lutte contre les terroristes tibétains, attendez, il n’y a pas plus pacifiste qu’un tibétain, il n’y a pas de terroristes tibétains. Quand je vois dans un pays comme la Tunisie, Monsieur Benai, le président tunisien traiter de terroristes tous ces opposants même quand ce sont des démocrates. Il a instrumentalisé la lutte nécessaire contre le terrorisme pour faire taire les oppositions. Voilà la première conséquence néfaste. La deuxième est que les démocraties n’osent plus s’en prendre à un certain nombre de régime car elles en ont besoin pour la lutte contre le terrorisme. L’exemple typique est Monsieur Poutine, ce n’est pas un démocrate comme la Russie sauf que les Occidentaux et les Américains ont besoin de Monsieur Poutine pour lutter contre le terrorisme. Ils ne vont plus rien dire à Monsieur Poutine car vu qu’on en a besoin on ne va pas lui casser les pieds… Le troisième problème c’est que dans nos vieilles démocraties occidentales on voit aujourd’hui un certain nombre de mesures prises par nos parlements qu’ils n’auraient jamais prises avant. Un exemple, c’est vrai qu’Internet est utilisé par les groupes terroristes, c’est incontestable. Est-ce pour cela qu’il faut surveiller toutes les communications sur Internet ? Non. Internet est aussi un instrument de liberté, d’information et cela doit bénéficier d’une protection. Comme il faut lutter contre le terrorisme, on donne des coups de canifs aux libertés… mais je le répète, il faut lutter contre le terrorisme, une obligation pour la sécurité de nos citoyens mais pas à n’importe quel prix.

 

David ABBASI : Des tchétchènes sont massacrés tous les jours, pour la République Islamique d’Iran qui se prétend sauveur des musulmans du monde, pourquoi ne défendent-ils pas les tchétchènes ?

 

Robert Ménard : Honnêtement, je ne sais pas mais je crois que la politique du pouvoir iranien n’est pas dictée par des considération humanitaires, cela se saurait. Je ne crois pas que les gens aux pouvoirs aujourd’hui à Téhéran aient un vrai soucis de l’avenir des musulmans dans le monde. Ils ont un soucis de leur propre avenir à la tête de l’Iran. Ce n’est pas vraiment un régime démocratique. Il y a une rhétorique en Iran comme dans plusieurs pays, il y a un gouffre entre le discours tenu et la réalité. Aujourd’hui les gens s’intéressent aux tchétchènes et au soutien aux tchétchènes car cela intéresse. Le peuple tchétchène s’en moque. Aujourd’hui on voit comment ils instrumentalisent les malheurs des gens quand ça leur ai utile.

 

David ABBASI : Depuis le 11 septembre, le monde a commencé à réagir concernant les terroristes internationaux, pourtant avant cela il y a eu beaucoup de victimes et jamais il n’y avait eu ce combat international.

 

Robert Ménard : Parce que les gens sont égoïstes, parce que les Occidentaux sont égoïstes, parce que tant que cela ne les touche pas eux-mêmes, le terrorisme n’est pas très important... Vous savez combien de morts y a t-il eu en République Démocratique du Congo, l’ex-Zaïre en Afrique entre 1998 et 2004 ? Il y a eu 3 millions de morts. Vous avez vu beaucoup de gens en parler et se mobiliser ? Imagez qu’il y en ai un centième ici chez nous ! Le monde entier se mobiliserait mais la vie n’a pas le même prix au fin fond de l’Afrique, en Occident et aux Etats-Unis. Les gens vous disent qu’il faut lutter contre les inégalités, le terrorisme, les violations des Droits de l’Homme mais les gens sont des haut-le-cœur sélectifs…Ce qui me tue dans ces affaires-là, ce qui me bouleverse, c’est notre capacité à être schizophrène, à se révolter contre la violence qui vous ai faites à vous, à se moquer éperdument de la violence qui est faite aux autres. Vous avez raison le terrorisme n’a pas commencé le 11 septembre. C’est vrai que ce qui s’est passé au World Trade Center est abominable, terrible, 3000 morts c’est la plus grosse affaire de terrorisme de ces dernières années mais y en a eu avant. Je peux vous citer des centaines d’actions terroristes sans que personne n’a levé le petit doigt. Ça les a touché directement dans leur territoire, ça a changé la donne. Quand ça change la donne pour les Etats-Unis, ça la change pour le monde entier. C’est comme ça.

 

David ABBASI : Ne pensez-vous pas que c’était un prétexte, un scénario programmé pour entrer militairement en Irak ?

 

Robert Ménard : Je ne crois pas. Je ne pense pas qu’il ait un espèce de complot programmé ou des arrières pensées comme ça. Je pense que ce qu’il s’est passé le 11 septembre ça a traumatisé réellement et profondément le peuple américain. Quand les gens pensent que Bush est un extrémiste… Bush est surtout à l’image de ce que pense la majorité des Américains. C’est un pays démocratique, Bush est élu par les Américain et il représente ce que pensent les Américains. Je crois que ce qu’il s’est passé le 11 septembre, c’est pour les Etats-Unis quelques chose qui fait basculer leur histoire alors qu’à partir de là, on utilise cela pour d’autres raisons, le pétrole et tout, peut-être, mais je crois pas du tout que ce soit l’explication, c’est ce que pense le peuple américain. Ils ont décidé que cela ne se reproduirait plus, que leurs intérêts vitaux étaient en cause. Il y a avec la nouvelle administration américaine, une vrai volonté de sortir d’une situation où on laissait le reste du monde se démerdé comme il pouvait pourvu que l’on ne touche pas à leurs intérêts. L’explication par le pétrole est largement fausse, il n’y a pas de complot, des gens qui instrumentalisent le terrorisme pour faire des affaires. La première explication est que l’on veut éradiquer le terrorisme parce que pour la première fois on a été touché sur notre sol et on s’en donne les moyens. Ils l’ont fait en Irak et ils le feront ailleurs. Le monde a basculé le 11 septembre.

 

David ABBASI : Monsieur Ménard, avec tous les progrès d’aujourd’hui concernant l’informatique, cela fait des années que l’on cherche Ben Laden en Afghanistan. Cette histoire de l’arrestation de Ben Laden n’est-ce pas un prétexte pour rester dans le quartier car trouver Ben Laden était tellement facile.

 

Robert Ménard : Si les américains pouvaient trouver Ben Laden, ils le trouveraient. Vous savez, Monsieur Bush, sur la scène nationale, vis à vis de son opinion publique, arrêter Ben Laden serait quelque chose qui lui donnerait une popularité incroyable. Je crois malheureusement que ça montre les limites de toute cette technologie. Je ne crois pas que les satellites, l’informatique, le développement de la communication paraissent aussi simple que l’arrestation de quelqu’un dans des zones tribales à la frontière du Pakistan et de l’Afghanistan. Je ne crois pas que les Américains aient la vocation de rester  à l’extérieur d’un pays, quel intérêt de contourner l’Afghanistan. Peut-être la lutte contre la drogue…je crois que dans l’affaire du terrorisme on est sur d’autres logiques économiques, on est sur une logique politique qu’elle prime l’économie. C’est une vision marxisante de croire qu’il y a toujours des explications matérielles pour un certain nombre d’action. Non. Aujourd’hui, il y a un basculement de l’opinion public aux Etats-Unis dont Monsieur Bush est le témoin, la conséquence qui fait d’un pays qui veut être sur la scène internationale, assurer sa propre sécurité et qui est prêt à le faire jusqu’au bout. Et tout simplement car le poids de la France a diminué. La France n’est plus une grande puissance, la France est encore sur la scène internationale parce qu’elle a un siège au Conseil de Sécurité de l’ONU mais quand il sera élargit à d’autres pays, la place de la France sera moins importante car on a peut-être une classe politique moins sensible à ces questions-là. Pour être une grande puissance, il faut avoir des moyens y compris économique. La France n’est plus une superpuissance, le monde a changé. La France ne s’est peut-être pas adapté à cela. Moi je suis toujours sidéré à la fois par les traditions françaises dont je suis fier, par les discours français et c’est vrai que parfois les discours politiques français des hommes politiques français a une réelle qualité. Il faut que cela change mais la France dont le dernier referendum a été refusé par les Français est le signe d’un pays qui se recroqueville sur lui-même. C’est un pays qui régresse plutôt qu’il n’avance et je le regrette tous les jours.

 

Monsieur Ménard, je vous remercie beaucoup. On vous verra en Iran pour la première fois.

 

Merci beaucoup

 

 

 

 

 

 

Ses Interviews ABBASI a reçu sur l'antenne de la Radio "Ici & Maintenant" et "Mehr TV" de nombreuses personnalités politiques et artistiques Parmi les  participants : 

 

 

Ses Articles Islamophobie, Peut-on critiquer l’Islam ?, La République laïque est-elle en danger ?Même le Pape n’est pas libre de s’exprimer !? Quand on terrorise le guide de plus de deux milliards de chrétiens.

Son Biographie ABBASI, rénovateur et inventeur des idées pour une laïcité mondiale et la spiritualité individuelle. Il est à l’origine de l’utilisation du mot « Islam Politique » depuis 1980

Ses Livres  Auteur de plus de 75 ouvrages , il est à l'origine du mot et de la pensée critique d'islam politique! ...

Ses dernières invite Radio & Télévisé, Radio Ici  et Maintenant 95.2 FM,     et en cliquant ici, Ecoutez et regardez les émissions télévisées et radiophoniques de Monsieur ABBASI sur 95.2 FM et  tous les mardis de 14H à 16H et tous les derniers samedis de chaque mois de 23H à 6H.  

Adresse TEL, Fax

Commander les livres de Mr Abbasi

ShahréFarang, Centre Culturelle Franco-Perse

David ABBASI en 1975 et 1980 dans son bureau en Iran

 

Institut LEP

Agenda 7000

Galerie

 

Album Photos 1

album photos 2

Mehr TV Regardez MehrTV par satellite, Telestar 5 et 12 dans le monde entier et sur Internet en cliquant ici

Ses journaux Erchad Fondé en 1979 par le plus jeune rédacteur en chef  âgé de seulement 21 ans, le journal fut interdit par la République Islamique d'Iran quelques mois après sa sortie.
Il s'agissait-là du premier journal interdit après la révolution.
.... fondateur du concept de la publication des programmes de télévision dans les journaux d’annonces gratuits (journal ETOILE 1985)

Zaratoustra

Home

   

Ahooramazda

Mr ABBASI à animé des dizaine de dîners débats et Conférences  dans le Monde (USA, Canada, europe ...) 1  2
1997 , Pour un gouvernement laïc en Iran Mr Abbasi Candidat aux Élection présidentielle
   
   

Radio Soleil de Perse

Ses Distinctions

"Arts.Sciences.Lettres" Plaquette d’Or « Grand Prix Humanitaire de France» Médaille d’Or «Mérite et Dévouement Français»

 

 
Google

Iran Caricature!

 

 

Amazon & les Livre David Abbasi

 

Bibliothèque National Français et les livres de Mr ABBASI

 

Les portraits et le caricature de Monsieur ABBASI ont été dessinées par le grand artiste international. Les deux portraits par Maître Houshang  Seyhoun fondateur de la faculté des Beaux-Arts en Iran, grand architecte des monuments historiques contemporains d'Iran comme celui de Omar Khayyam, Avicenne, Ferdowsi, Nader Shah. Maître Seyhoun a fait beaucoup d'exposition avec Picasso et Salvatore Dali, actuellement il réside à Vancouver mais sa Galerie (Galerie Seyhoun) est reconnue mondialement comme celle où se rencontrent des artistes laïcs à Téhéran.

La caricature de Monsieur ABBASI a été réalisée par Hadi Heydari grand caricaturiste perse qui a commencé à caricaturer les Ayatollahs iraniens pour la première fois dans l'histoire.

 

L'Abeille à Miel Avec MAITRE ETIE  1   2

10 avril 2007 Sénateur Henri Caillavet

31 mai  07 Maître Jacques Vérges

1 mai 2007 Alain Soral

17 avril José Bové3 avril  2007 Maître Christian ETIE Le Général Henri Paris : Présidentiel français,  et terrorisme islamique
31 mars 2007 Mr Pierre HENRY 17 avril 2007 José Bové
Jean-Louis DEBRÉ, Président du Parlement Français et  Morgane
Avec Monsieur Pierre Marion Dir des services de contre-espionnage Français

David Abbasi avec François LEBEL

General Henri PARIS president de Democraties

Avec Pierre HENRY D.G France Terre d'Asile

Avec Eli BARNAVI l'ambassadeur d'Israël en France
David Abbasi José BOVE

David ABBASI et Dieudonné

 

David ABBASI avec Christian ETIE

Médaille d’Or « Mérite et Dévouement Français »

Le diplôme et la médaille Arts. Sciences.Lettres ont été décernées à Monsieur ABBASI
DINER-DEBAT Animé par ABBASI avec Roland  Dumas
 Plaquette d’Or  du «Grand Prix Humanitaire de France»  décernée à Mr ABBASI
Interview  avec Monsieur Daniel GELIN
Jean-Louis DEBRÉ, Président du Parlement Français et David ABBASI ..

Charles Aznavour & Farah Pahlavi Diba

Esfahani & Shajareh Grand Prix Humanitaire de France
   

Robert Ménard Secrétaire Général de Reporter Sans Frontières

David Abbasi avec le sénateur Michel Charasse
Pour Commander