J’ai rêvé de Dieu : il pleurait comme un bébé

اثر سياوش اوستا" حسن عباسی   ABBASI David Hassan Siyavash AWESTA

English
پارسی Parsi
Français

 
Biographie سرگذشت او
Liste des livres écrits par ABBASI آخرين مقاله

Photos

آريا هفت هزار
 Order جوايز و نشانها

Contact

نيايشهای اوستائی
Parution سالنامه ۷۰۲۷ آريايی
Dialog history!! تلويزيون مهر
ABOUT AN ABORTED CANDIDACY کيهان جهانِی
Decoration, Distingtion نامهاي تازي
Mehr TV نفوذ انديشه ها
Radio Ava Iran شريعتی دروغ بزرگ
Shahre Farang منم آن فرح زيبا
Institut L.E.P خيام و اين جهان فرسوده
Kayhan Jahani آئين اوستا
Persian 7000 years civilizations حافظ رندشيراز
Khayyam and this worm out world کتابهای جنجالی
Femmes et Guerres en Islam Politique! ديدار در پاريس
I dreamed of God:he was crying like a baby

ترور در پاريس

  جوايز و نشانها
Contact & Order شهرفرنگ
ليست آثار برای سفارش کتابهای جنجالی
عکسهای  جوانی سلام سياسی
عکس با ياران جهانی گالری فتو
حساب بانکی  
تماس با ما حسن عباسی قلابی

J’ai rêvé de Dieu :

il pleurait comme un bébé

La scène : Une table, une chaise, une bibliothèque. A côté de la bibliothèque, se tient un homme en train de lire, étonné de ce qu'il lit. On entend la voix d'une femme.

 La femme : Ça suffit chéri, viens dormir !

L'homme :  Chut ! Je lis !

La femme : Jusqu'à quand veux-tu lire? Jusqu'à quand veux-tu m'embêter et m'empêcher de dormir?

L'homme : Je ne t'embête pas ! Tu es dans ta chambre, moi je suis dans le salon. Tu ne vois pas la lumière et n'entends pas le bruit du livre que je feuillette. Pourquoi cries-tu ainsi?

 Un moment de silence. L'homme continue à lire. Le cri de la femme.

 La femme : Tu ne vois pas qu'à force de lire tu as perdu tous tes cheveux? Ça suffit maintenant, viens te coucher !

L'homme : Je t'ai dit de ne pas faire un scandale ! Les voisins vont encore appeler les flics ! Ils vont croire qu'on est en train de se battre !

L'homme continue à lire. Quelques secondes plus tard, le cri de la femme.

La femme : Viens te coucher, ne dois-tu pas travailler demain?

L'homme, qui a sursauté à cause du cri de sa femme, s'énerve.

L'homme : C'est moi qui vais travailler, pas toi? Pourquoi tu t'inquiètes?

La femme : Je m'inquiète pour toi parce que je ne veux pas que tu somnoles demain à ton travail.

L'homme : Ah bon ! Madame s'inquiète pour moi!

La femme : Et comment!

L'homme : Il ne reste qu'une ou deux pages, je suis arrivé à Moïse !

La femme : Qu'est-ce qui est arrivé à Moïse?

Un moment de silence. L'homme finit le livre. Il bâille, se tape la poitrine à coups de poings et se dirige vers la chambre à coucher.

La scène s'assombrit. Une musique de sommeil est diffusée pendant une minute.

Après la fin de la musique, quelques moments de silence. Un coq chante...

La femme : Lève-toi chéri! Prends ton petit-déjeuner! Tu vas être en retard!

La femme se dirige vers la table. Elle prend le livre que son époux lisait. Ce dernier s'avance vers elle.

L'homme : Bonjour chérie!

La femme: Bonjour! Qu'est-ce que tu avais hier soir?

L'homme: Rien chérie, je lisais.

L'homme fait signe au livre que tient sa femme.

La femme : Je sais que tu lisais ce livre, mais je parle du milieu de la nuit lorsque tu pleurais dans ton sommeil!

L'homme : Comment? Je pleurais?

L'homme réfléchit un court instant.

L'homme : Ah oui, tu as raison! Tu as su que je pleurais dans mon sommeil ?

La femme : Oui chéri! Mais pourquoi ? Tu rêvais? Tu as fait un cauchemar?

L'homme : Mais non! J'ai rêvé de Dieu!

La femme : Comment? Tu as rêvé de Dieu? Comment est-il apparu dans ton rêve? L'homme : Il est venu! C'était un Dieu bon! Il m'a beaucoup plu!

La femme : Comment ça ?

L'homme : Tu ne connais pas la forme qu'il avait prise!

La femme : Quelle forme?

L'homme : La forme d'une belle jeune femme!

La femme : Avez-vous parlé ensemble?

L'homme raconte:

- Oui, chérie! C'est justement parce qu'on parlait ensemble que j'ai pleuré! J'ai vu Dieu assis dans un coin. Il avait pris ses genoux dans ses bras et pleurait comme un bébé. Au début, j'ai cru qu'il pleurait par trop de bonheur. Je me suis dit qu'il avait raison de se foutre de nous. C'est lui qui a créé le monde, qui a créé les hommes et tout ce mic-mac. Mais je me suis dit que ce n'est pas possible de rire sans raison, surtout en ce qui concerne Dieu! Je me suis avancé vers lui. Je craignais que les gardes m'interpellent et m'en empêchent. Je me suis donc approché à petits pas mais rien de tel n'arriva et personne ne m'en empêcha. Arrivé à lui, j'ai vu le pire. Il pleurait à tel point qu'un ruisseau coulait de ses yeux.

Je me suis agenouillé devant lui : Oh, miséricordieux! Que t'arrive-t-il ? Que s'est-il passé? Pourquoi pleures-tu?

Il leva la tête. Quel visage! Comme la lune, belle, innocente, ravissante.

Je me suis senti mieux en voyant son visage.

Il m'a dit :

- Que puis-je faire d'autre que de pleurer?

- Mais pourquoi pleures-tu mon bon Dieu, toi qui es grand, puissant, miséricorde...

Il pleura de plus belle:

- Voilà! Toi avec tes paroles! Et eux avec ce qu'ils font! Que puis-je faire d'autre que pleurer ? Tu n'as pas lu le livre hier soir?

- Quel livre ?

- Le livre que tu lisais et au sujet duquel tu te disputais avec ta femme!

- Ah oui! Tu parles de cette pièce? Histoire des Histoires?

- Oui, c'est de ça que je te parle! Tu as vu ce qu'ils m'ont fait à travers l'histoire? Depuis hier jusqu'à aujourd'hui? Tout ce qu'ils ont fait en mon nom? Que d'édifices ont-ils bâtis pour moi ? Que de maisons et de temples! En avais-je besoin? Tu ne vois pas ce qu'ils m'ont fait à travers l'histoire?

- Ô mon bon Dieu! Tu as raison! Que n'ont-ils pas fait en ton nom? L'auteur du livre a donc eu raison d'écrire ce qu'il a écrit ?

- Ce que tu as lu n'est qu'une partie des ruses, des supercheries des hommes!

- Mais mon bon Dieu! Il te suffit de démentir tout ça, de prendre la parole et de diriger ton peuple!

- Comment? Avec toute ma puissance et ma magnificence, je ne dispose ni d'une chaire, ni d'un porte-voix, ni d'une télévision, ni d'une radio, ni d'un journal, ni même d'un fax pour dire à ces charlatans: Assez! Ça suffit! Laissez-moi tranquille, jusqu'à quand voulez-vous bâtir des maisons pour moi et tourner autour comme des ânes de pressoir, moi qui suis à l'origine de toute l'existence. Jusqu'à quand voulez-vous continuer à sacrifier pour moi animaux et êtres humains?

Et tu ne connais pas la meilleure? Moi-même je n'ai pas de temples, de maisons. Tout temple et maison édifiée en mon nom a un gardien! Même si un jour ou une nuit je désire entrer dans une de ces maisons, le gardien m'en empêchera. Je n'ai ni télévision, ni radio, ni tribune, ni chaire, ni même journal ou revue pour discuter avec mon peuple. Et même si je me présente comme je suis, les mêmes gardiens de mes temples, les responsables des journaux et des médias me tueront et diront que je suis un impie!

- Ô mon Dieu! Tu as parfaitement raison! Tu es dans une mauvaise passe!

Dieu pleure de nouveau et de plus belle:

- Tu comprends maintenant pourquoi je pleure? L'homme qui sanglote déjà se jette au cou de Dieu et pleure avec lui.

- Mon Dieu! Que tu es bon et gentil! J'ai envie de pleurer pour toi!

Envie de dormir

Dans cette belle ville de Paris, il existe mille et une choses intéressantes à voir. Cependant, nous qui y vivons et qui y travaillons, nous sommes dans l'attente d'un jour férié pour pouvoir dormir, même si beaucoup de nos compatriotes veillent la nuit et dorment tout le reste de la journée. Pour nous qui travaillons tous les jours, le plus agréable est le jour férié précédant ou suivant un samedi ou un dimanche. Les Français

préfèrent avoir des jours fériés les vendredis ou les lundis pour faire des "ponts" et quitter la ville. Mais nous qui travaillons même les samedis et les dimanches, nous profitons de ces jours de congé de fin de semaine pour dormir. Nous manquons toujours de sommeil et nous manquons aussi de temps. Ne parlons pas de la nuit, mais nous dormons plutôt vers 2 heures, 3 heures ou 4 heures du matin et nous nous levons en toute hâte à huit heures pour commencer la journée. Nous avons quand même de la chance que la mère de notre enfant ne soit pas institutrice ou fonctionnaire et qu'elle se lève le matin, prépare le petit déjeuner, l'habille et l'amène à l'école. Notre façon de nous habiller est déterminée par notre fille qui, dès l'âge de deux ans, choisissait nos vêtements et même la couleur de notre cravate. Ne parlons pas de ses propres habits. Je me souviens de ma propre enfance. Malgré la bienveillance de nos parents, nous n'avions pu choisir la couleur et le modèle de nos vêtements qu'à partir de l'âge de 12 ans. A notre époque, ce sont les enfants qui choisissent les vêtements de leurs parents.

Bref, rares sont les occasions où l'on peut profiter des jours de congé et dormir autant qu'on le désire.

Ivre, je me suis rendu hier soir à la taverne,

J'y ai vu un vieillard, saoul, portant une cruche sur le dos,

Je lui ai dit : n'as-tu pas honte de Dieu?

Il me répondit : Dieu est généreux, bois et reste silencieux! «  Khayyam »

 Dans les bras du Dieu miséricorde

 ... Lors d'un de ces jours de congé où tout le monde vivait dans la tranquillité, j'ai fait un deuxième rêve. La scène et le décor m'étaient familiers et j'ai rapidement senti que cela était la suite d'un ancien rêve.

" On s'était entrelacé et nous finissions de pleurer. Celui qui avait commencé à pleurer le

premier s'est levé, a essuyé ses larmes et mis son bras sur mon épaule :

- Lève-toi! Lève-toi!

J'étais en train de travailler et ne fis pas attention à lui. Cette fois-ci il cria :

- Avesta! Lève-toi, il faut qu'on fasse quelque chose de sérieux!

Etonné, je l'ai regardé:

- Oh mon Dieu Tout Puissant, je ne suis pas Avesta, je suis Hassan Abbassi. Comme on est amis, tu pourras m'appeler Hassan.

Dieu qui avait froncé les sourcils et semblait en colère, s'efforça de sourire:

- Ne suis-je pas ton Dieu? Pourquoi obéis-tu à ton fils de quatre ans lorsqu'il te réclame telle chemise ou tel pantalon et t'opposes-tu à moi. Je veux t’appeler Avesta. C'est tout!

- Cher Dieu, Hassan est très joli. Bien que je n'ai pas eu la chance de l'Imam Hassan(1) d'avoir plusieurs centaines de femmes esclaves, des milliers de chameaux, des dizaines de demeures, etc., je me suis habitué à mon nom et si je veux le changer en Avesta, il me faut encore quarante ans pour m'y habituer. De même, beaucoup penseraient que je me suis converti au zoroastrisme.

 Dieu m'interrompit :

- Pourquoi encourages-tu les gens à changer de nom quand toi-même t'y refuses? Toi-même, tu as écrit et affirmé qu'Avesta existait avant Zoroastre. Ils n'auront aucune raison de penser ainsi. Tu es mon ami. Vas-Salam (fini).

- Tu m'appelles Avesta et tu dis Vas-Salam? Cette fois-ci, Dieu sourit vraiment :

- Oui, il faut parler iranien avec un Iranien même s'il connaît l'arabe!

Dieu bâille profondément, tournoie, écarte ses bras, ferme ses poings et avance vers moi. J'étais effrayé. S'approchant de moi, avec ses poings fermés comme les boxeurs, Dieu me donne un coup léger aux épaules comme s'il caressait son fils. Il sautille plusieurs fois et dit :

- Très bien, avance, nous devons nous occuper du principal. Es-tu prêt?

- Cela dépend de ce qu'est le principal!

- Trouver une solution pour moi. Ne m'as-tu pas dit tout ce qu'on faisait sur terre en mon nom? Nous devons y trouver une solution!

- Ô mon honorable Dieu! Pourquoi après des siècles et des millénaires, c'est maintenant que tu y penses?

- C'est toi qui m'y as fait penser et quelle bonne initiative!

- Par où veux-tu que l'on commence?

- A partir d'une tribune. Tu dois m'aider à trouver une tribune d'où je répandrai mes messages.

Les uns pensent à la religion. D'autres croient avoir trouvé la vérité Soudain, une voix se fait entendre:

Ô ignorants! la Voie n'est ni l'une, ni l'autre « Khayyam »

 Dieu et les 124 000 prophètes!

 - Si tu veux ajouter un autre prophète aux 124 000 précédents, ne compte pas sur moi! Offensé et en colère, Dieu crie:

- Quel prophète? Quels 124 000 ? Où as-tu trouvé ce chiffre?

- C'est le chiffre que tu as toi-même fabriqué, c'est toi qui les a envoyés!

- Qui ai-je envoyé? Qui? Avec quoi? Pourquoi ? Est-ce raisonnable? 124 000 prophètes! Ils disent que le premier a été Adam et a vécu il y a six mille ans, dans le désert du Sinaï. Même si tous les cinquante ans, un chef de tribu se proclamait prophète, cela n'en ferait que 120! Et même 240, si cela se faisait tous les 25 ans! Et même si, comme les présidents de la République en France, élus tous les sept ans, à supposer qu'il n'y ait aucune réélection, cela n'atteindrait même pas les 900! Je ne sais pas d'où sort le chiffre de 124 OOO!

- Admettons que ce chiffre de 124 000 ne soit pas exact, mais tu es en train de revenir sur tout ce que, tu as dis. C’est vrai que moi, j'ai écrit le idjtehad pour le renouveau de la pensée, mais le

fait de tirer un trait sur le passé relève des hommes et non de Dieu. Le Dieu grand et éminent ne doit pas regretter ses actes et les renier. Tu n'es pas Bazargan qui, après avoir lu " Les secrets de l'Islam" a fait une croix sur ses cinquante années de lutte religieuse et m'a dit : " Mon cher Abbasi, j'ai compris que le seul motif de la prophétie a été d'attirer l'attention sur le Jugement Dernier! Ils n'étaient pas élus pour nous donner des leçons de politique, de construction, de commerce et de technique! "

- Heureux encore que tu aies interviewé Bazargan avant sa mort et que tu détiens la

preuve vivante de ces paroles! Sinon, qui aurait cru à leur véracité? Mais en ce qui me concerne, Dieu, grand et éminent, où et quand ai-je nié ou regretté? Je dis simplement que je 'n'ai envoyé personne. Je n'ai donné ma signature à personne, ni un quelconque signe de reconnaissance ; je n'ai interviewé personne!

- Leurs miracles signifiaient ton sceau!

- Qu'est-ce que cela veut dire?

- C'est-à-dire qu'ils ont réalisé des actes extraordinaires!

- Par exemple? Ont-ils scindé la lune en deux, ont-ils envoyé des vaisseaux dans l'espace ou ont-ils volé comme les oiseaux ?

- Oh non! Mais l'un de ces bienveillants a annoncé que tu lui as parlé et transmis dix commandements!

- Quelqu'un en était témoin?

-Non.

- Alors tu vois que je n'ai parlé à personne! Et même ces fameux dix commandements étaient courants parmi le peuple de l'Egypte - comme Avesta parmi les Iraniens - plusieurs millénaires avant ladite personne, par ailleurs un héros et un commandant valeureux. Qu'as-tu à faire de ce qu'il a dit ou n'a pas dit? Regarde ce qu'il a fait : il a organisé un peuple et lui a accordé une gloire et une fierté mondiales.

- Tu as raison mon Dieu! Nous devons regarder le fond des actes et non les paroles! Mais c'est plus simple de dire que Dieu a dit et Dieu a voulu! Les gens admettent alors les choses plus facilement et obéissent aisément! Car l'homme, malgré le pouvoir et la puissance qu'il peut avoir, détient toujours une peur en lui et a besoin d'une puissance supérieure, c'est pourquoi tes porte-paroles et tes représentants sont éternels et nul ne peut les détrôner! Mais en ce qui concerne les paroles, je te parle maintenant et tu ne dois pas le nier demain!

- Est-ce que je suis en train de te parler?

- Ne sommes-nous pas en train de discuter!

- Regarde-toi, tu es en train de plaisanter avec moi!

- Quelle plaisanterie! On se parle et on s'entend?

- Tu es dans ton sommeil et tu rêves! Tu ne vois pas ma réalité et tu ne lui parles pas!

- Quelle différence entre le sommeil et l'éveil! Dieu est Dieu et Créateur, aussi bien dans l'un que dans l'autre!

 En colère, Dieu continua :

- Tu continues à m'énerver! Je verse des larmes à cause de ce que les autres m'ont fait, je viens vers toi pour me consoler et voilà que tu ajoutes à mon chagrin.

Je coupe la parole divine, je m'excuse avec affolement :

- Sur la tête de ton enfant, excuse-moi!

Etonné, Dieu me jette un regard:

- Attends voir! Sur la tête de mon enfant! Quel enfant?

- Le jeune que tu avais envoyé pour sauver l'humanité, qui avait pris sur lui les péchés de tes créatures et qui s'est rendu à toi, au Ciel! Celui qui guérissait les sourds, les aveugles, les muets et les boiteux et qui ressuscitait les jeunes filles mortes en les embrassant sur les lèvres!

- Ah oui, tu fais allusion à ce beau jeune homme qui était venu chez vous en Iran, en Egypte, en Inde et avait même fait le tour du Cachemire; il avait appris la médecine et guérissait les malades dans les villages d'Israël qui, à l'époque, étaient de plusieurs siècles en retard sur la civilisation humaine,. il faisait" renaître" les épileptiques que les gens croyaient morts, et était surnommé le Sauveur. Toi aussi tu peux faire ressusciter les filles mortes par manque d'amour! As-tu oublié que tu le faisais aussi avant de perdre tes cheveux et devenir chauve?

- Ô Dieu miséricorde! Ne me parle pas du passé, cela ne fait qu'attiser mes chagrins. Parle-moi plutôt de ton fils! Au fait comment t'es-tu marié avec sa mère? Comment se fait-il que parmi toutes ces belles filles perses, romaines, turques, palestiniennes, bulgares... tu te sois rendu dans le désert pour te marier avec la fille orpheline d'un nomade.

Dieu rampe de nouveau dans un coin et recommence à pleurer:

- A qui puis-je me confier et ouvrir mon cœur? Regrettant mes paroles, je m'approche de Dieu et commence a m’excuser.

Dieu essuie ses larmes et me prend dans ses bras. J'ai un étrange sentiment, comme si je tenais dans mes bras le premier amour de ma vie. J'ai la même pulsation, mon cœur bat vite. Encore un peu et je dormirais dans ses bras. Dieu me relâche :

- Vois-tu maintenant tout ce que j'ai subi durant ces siècles et tout ce qu'ils ont fait en mon nom?

- Il n'y pas à s'en inquiéter! Ce n'est pas plus mal que quelqu'un d'autre se soit marié en ton nom avec une fille de 8-9 ans!

- Trêve de plaisanterie, nous devons faire quelque chose de sérieux!

- Sérieux ou pas, je ne suis pas disposé à jouer le rôle du prophète surtout si mon miracle serait un livre! A ce jour j'ai écrit plusieurs centaines d'articles et de livres et il ne serait pas logique que mon style change du jour au lendemain!

- Quel miracle? Quel livre? Tu fais peut-être allusion à ce livre mi-poème mi-historique dont l'auteur était cet homme de quarante ans qui fit dominer sur la moitié du monde un peuple sauvage et guerrier, transformant la langue et la culture de milliards d'hommes et fit flotter son drapeau jusqu'à l'Europe, instaurant partout sa religion!

- C'est marrant! Tu as arrêté son âge le jour où tu l'as élu prophète! Lorsqu'il mourra, il aura soixante ans. Qu'est-ce que cette histoire de quarante ans? Moi aussi à quarante ans j'ai eu envie de la présidence de la République.

 Contact direct entre Dieu et ses créatures!

 - Il n'est pas l'heure de discuter du secret de quarante et des chiffres. Laisse cette question pour plus tard. Revenons sur le fond de la question. Tu devais m'aider à transmettre mes messages à la population. Tu es un as dans la propagande et la communication!

- Je t'en remercie mon Dieu! Mais d'après ce que tu dis, il me semble qu'il t'est impossible de parler avec la population, car dès que tu auras pris la parole, tu seras lynché par la population incitée pour ce faire par les boutiquiers de la religion!

- Pourquoi?

- Parce que tu nies tout! Les représentants de tes prophètes ont organisé des marchés à travers le monde et érigé des appareils qui seront ébranlés par tes paroles!

- Cependant, à la veille du 21ème siècle, je dois parler, coûte que coÛte/directement à la population.

- Comment se fait-il que tu affirmes que l'éminent personnage auquel nous avons fait allusion n'était pas ton fils ni ton envoyé, mais tu acceptes sa date? Si tu me nommes Avesta, alors parle au moins du 71ème siècle afin que les choses prennent une tournure plus logique!

- Oui! Tu as raison! 71ème siècle. Vois-tu les méfaits de l'habitude. On en a tellement parlé qu'il m'a également été inculqué.

 Les prophètes vus par Dieu

 - Te rends-tu compte maintenant de la difficulté du chemin dans lequel tu veux aussi m'entraîner ? Pour transmettre ton message tu n'as nul besoin d'ajouter une autre personne à ces plusieurs milliers que tu ne reconnais pas toi-même. La meilleure solution serait une station radio!

- Radio-actif! cela tuera tout le monde et j'en serai débarrassé!

- Non! Radio sans actif est un moyen pour que tout le monde entende ta voix sans te voir et ainsi tu resteras à l'abri!

- Quel bon instrument! Il a été inventé par l'un de ces cent vingt quatre mille personnes qui ont prétendu être, mon prophète?

- Non! Ce malheureux n'a jamais prétendu être prophète!

- Ah bon! Alors il s'est prétendu Dieu.

- Pas du tout! Il n'a eu aucune prétention! La plupart des gens qui écoutent la radio ne savent même pas le nom de son inventeur.

- Vous êtes vraiment des imbéciles! Le vrai miracle c'est ça. La radio!... Si vous cherchez un prophète c'est justement l'inventeur de la radio!

 - Vous en êtes loin! Même le créateur du soleil terrestre n'a pas été considéré comme prophète!

- Qu'est-ce que le soleil terrestre? C'est moi le créateur du soleil!

- Il existe une autre énergie appelée l'électricité; récemment on utilise aussi de l'énergie atomique. Ces énergies illuminent les nuits et font marcher les appareils. De même que l'existence de la terre dépend de celle du soleil, celle des habitants actuels de la terre relève de l'électricité et de l'atome.

- Celui qui a inventé tout ceci et qui a agi en rivalité avec moi, peut être appelé prophète. Lui-même a-t-il prétendu l'avoir été?

- Pas du tout!

- Dommage, il l'aurait mérité à cent pour cent!

- Ils ont eu à faire avec la science, la connaissance et les scientifiques et non avec les

ignorants. A ces derniers on peut faire croire ce qu’on veut, mais…

- Ce n'est pas la peine de monter à la tribune. Tu parlais de la radio. Il vaudrait mieux utiliser un moyen pour que les gens puissent également nous voir.

- Tu as raison, va pour la télévision!

- Qu'est-ce que c'est que la télévision?

 Je lui décris la télévision et il me demande:

- Son créateur a fait certainement partie de ceux qui se sont prétendus Dieu!

- Non!

 Dieu pleura de nouveau:

- Si au moins ces artistes et inventeurs se prétendaient prophètes, cela aurait augmenté mon prestige, plutôt qu'un groupe de nomades et de guerriers coléreux.

Bref, parce que Dieu désirait que son programme télévisuel soit propagé à travers le monde, je lui ai proposé la location d'un satellite. Les mêmes questions me furent posées sur l'inventeur de ce matériel.

Pour rassurer Dieu une fois pour toutes, je lui ai dit que l'époque de la prophétie était révolue pour toujours et que parmi les 124 000, seulement quelques-uns ont survécu à l'histoire...

Le satellite divin fut prêt. Il fut convenu que dès les premières émissions nous allions diffuser des programmes relatifs à d'autres planètes et que ces programmes seraient interrompus pour laisser passer des messages tels que :

« La rencontre de Dieu, Dieu vous parle, Dieu aime son peuple, Dieu pleure avec vous, Dieu rit avec vous, Dieu est votre tendre ami ».

 Les programmes diffusés par satellite avaient trouvé un large auditoire. Tout le monde les regardait, surtout qu'ils pouvaient être vus sans câble ni antenne. En effet, ces programmes et le satellite appartenaient à la personne éminente de Dieu qui n'avait aucun besoin de passer par les canaux, les appareils et les règlements en vigueur.

Dieu et Internet

 Dieu me proposa, dès le premier jour du printemps, de parler une demi-heure par jour avec les peuples en vue de préparer son intervention historique. Je commençai par leur décrire l'histoire et l'apparition des prophètes en commençant par le livre" La religion et le rationalisme ", suivi de " De Mithra à Mohammad " et " Les secrets de l'Islam "... Ces programmes avaient eu un large accueil. Diffusés par Altavista à travers le monde, les peuples de chaque territoire n'avaient qu'à appuyer sur un bouton pour écouter nos paroles dans leur propre langue.

L'Internet fonctionnait également et Dieu le dirigeait en personne. Régulièrement il recevait des lettres et des messages de la part de la population, auxquels il répondait, ajoutant chaque jour un élément nouveau à ses réponses.

Dieu était plus complet que nous. Si nous dormions un peu et mangions un peu, lui n'avait nul besoin de dormir ni de manger, poursuivant son activité sans interruption. Il n'avait même pas de femme et d'enfants qui lui auraient pris une partie de son temps, ni propriétaire qui, en cas de retard de loyer, lui enverrait un huissier, ni le souci des factures d'électricité et de téléphone. Il s'était installé derrière son Internet et ne bougeait plus de son siège. De même, il régissait le programme diffusé par satellite à partir de l'Internet. Dans mes émissions quotidiennes, je faisais part des discussions importantes que j'avais eues avec Dieu. Ce dernier était très en forme et content d'avoir pu contacter son monde par le biais d'Internet, du téléphone et du fax. Il était content de ma collaboration et promettait de mettre à ma disposition plusieurs planètes afin que je n'aie plus envie de présider à la destinée d'un pays de 70 millions d'habitants avec autant de mollas.

Il était prévu que lors de la nuit la plus longue, Dieu apparaisse sur les écrans et parle directement aux peuples. Bien que Dieu connaisse toutes les langues humaines, notre système informatique était assez performant pour traduire simultanément une parole en toutes les langues et dialectes, par conséquent tous les Terriens pouvaient comprendre sans difficulté la parole divine.

Malgré le fait que nous répondions par Internet, Fax et contacts directs aux questions posées par tout le monde, nous avions mis en place un système téléphonique intelligent qui comportait des milliers et des milliers de réponses. Après avoir composé le numéro de téléphone de Dieu, on appuyait sur les touches 1 à 9 et les réponses divines étaient annoncées par une voix féminine douce et agréable. Ceux qui appelaient et pour cause de timidité n'osaient pas parler à Dieu, leur numéro s'affichait et c'était Dieu en personne qui les rappelait quelques minutes plus tard! Parfois il lui arrivait de transférer son numéro d'appel direct sur le mien. Si j'avais du mal à répondre à une question, j'appelais également Dieu et on se retrouvait à trois, en train de discuter tout en voyant également nos images.

Dieu était beaucoup plus gai qu'auparavant. Il voyageait à travers le monde, emportant avec lui son ordinateur de poche aussi grand qu'une montre, mais comportant Fax, Internet, un téléphone mobile, etc. afin de rester en contact permanent avec le centre régissant le satellite et avec son peuple réparti dans le monde entier.

On était encore loin de la nuit la plus longue et nous diffusions régulièrement l'information relative à la rencontre avec Dieu. Le monde entier attendait le jour promis. Pour la première fois, Dieu, sans intermédiaire, désirait parler à son peuple. La terre vivait dans l'enthousiasme. De nombreux médias se dressaient contre nous, nous qualifiant de nouveaux charlatans. Nous étions insultés dans les lieux saints et les temples.

Cependant, les masses populaires s'approchaient de plus en plus et consolidaient leurs liens avec nous.

 Un voyage à travers le monde dans le vaisseau de Dieu

 Quarante jours avant la nuit la plus longue, Dieu qui était dans son vaisseau, grand comme une petite voiture, me dit :

- Lève-toi, on va sortir et faire le tour de la terre! Je restai abasourdi.. voyager à travers le monde et autour de la terre! A quarante ans j'avais presque visité le monde entier, mais voyager avec Dieu, dans son vaisseau, me faisait penser à mon coupé rouge, cadeau de mon frère pour mes vingt ans, avec lequel je faisais le taxi ou conduisais les politiciens. Que de ministres, de députés, de Présidents de la République et même guides qui s'étaient assis dans cette voiture!

 Bref, j'ai dit à Dieu:

- D'où veux-tu commencer le voyage?

- Parce que tu es un nationaliste et que tu aimes l'Iran, on commence par ce pays.

Je commence à douter de ce Dieu, aussi sentimental et affectueux. Il est sensible sur certains points. Par exemple il m'appelle Avesta et pourquoi pas : Mani, Mazdak; Afchine, Babak ou Souchiante! Pourquoi Avesta? Il veut commencer son voyage de l'Iran! Pourquoi pas de La Mecque, de la Médine, de Jérusalem, du Caire ou de l'Inde, de Paris, de Londres, de Moscou et de New York? Mon doute n'était pas mauvais, mais un doute positif, pensant que peut-être ce Dieu a une racine iranienne. Mes pensées furent déchirées par le signal d'alerte actionné par Dieu :

- Dépêche-toi, on va être en retard!

Je sautai dans le vaisseau qui démarra. En un laps de temps la vue du mont Damavand me fit verser des larmes.

 Dieu me donna de tendres coups dans le dos :

- Je sais pourquoi tu pleures, mais regarde comme le mont Damavand se dresse au ciel!

- Oui! Mais le peuple n'a plus rien pour en être fier!

Arrivé à Qom, Dieu freina subitement. Heureusement j'avais attaché ma ceinture, sinon...

- Pourquoi as-tu freiné?

- Tu es sourd, n'entends-tu pas qu'on m'appelle? Je me suis arrêté pour voir ce qu'ils me veulent!

 Dieu et les assassins de l'Imam Hossein! (2)

 Le petit écran du vaisseau de Dieu s'éclaira, montrant les mosquées, les maisons, les salons et les bases dans lesquels se trouvaient les habitants qui se plaignaient.

Dieu me confia la mission de visiter quelques centres dans lesquels les gens pleuraient afin de connaître leurs maux. Rapidement, je sus que c'était le soir de Achoura et que le peuple était en deuil.

Je répondis à Dieu:

- Ils pleurent à l'occasion de Achoura, le jour où fut tué l'Imam Hossein. Ils damnent les assassins et te demandent de les punir dans les feux de l'Enfer.

Dieu répondit en colère:

- Suis-je un tortionnaire pour les faire brûler?

- Qu'est-ce que tu fais alors aux assassins et pourquoi as-tu créé l'Enfer?

- Quel Enfer? Suis-je un constructeur? Qu'est-ce que j'en sais de ce que je ferai avec les assassins? Il faut que je forme un groupe de recherche qui se pencherait sur les conditions de l'assassinat et établirait un compte-rendu que je remettrais au conseil des juges. Tant que la culpabilité des accusés n'est pas prouvée je ne peux pas les arrêter.

- Il n'y a pas lieu de les arrêter car il y a belle lurette que les assassins sont morts!

- Quand a eu lieu l'assassinat?

- Il y a mille trois cent cinquante huit ans.

- Pourquoi, malgré tous ces moyens de communication, les informations mettent autant de temps pour arriver à ton pays d'origine?

- Ah non! Il n'y a pas de retard d'information! Ces malheureux le savent depuis ce temps-là et continuent néanmoins à pleurer!

 Dieu réfléchit un instant, puis il prit son stéthoscope, mit les écouteurs dans ses oreilles et colla la ventouse sur l'écran interne du vaisseau sur la tête d'une femme qui pleurait.

 - Sais-tu pourquoi cette femme pleure-t-elle ?

- Oui, pour l'Imam Hossein!

- Non, elle pleure à cause des problèmes qu'elle a avec son mari. Elle dit en son for intérieur: "pourquoi me suis-je mariée à cet homme?" Si elle s'était mariée avec le précédent homme qui l'avait demandée en mariage elle aurait aujourd'hui beaucoup de biens, une voiture, une maison. Elle pleure pour les promesses qu'elle s'était faite dans son enfance et qu'elle voit aujourd'hui tombées à l'eau...

 Il fixa ensuite une autre fille:

- Tu sais pourquoi cette fille pleure en invoquant Hossein, Hossein?

- Non!

- Parce qu'elle se plaint de ses parents qui ne lui ont pas permis de sortir au cinéma avec son ami…

Chaque fois que Dieu fixait une personne, celle-ci avait un problème d'ordre familial, personnel, financier...

Il se tourna vers moi en souriant:

- Tu as des compatriotes rusés? Ils prennent prétexte de ce malheureux llossein mort depuis des années pour pleurer sur leur propre sort!

 Dieu pleura en regardant une lapidation

 Très vite je sentis que Dieu n'était pas content de son voyage dans le ciel iranien surtout lorsqu'il freinait subitement. Au-dessus de Kerman il donna un nouveau coup de frein. Cette fois-ci on voyait très bien l'intérieur de la ville à travers le vaisseau. Sur la place centrale de nombreux hommes et femmes lapidaient une femme dont on ne voyait que la tête ensanglantée et avachie.

Je me suis dit : " Dieu sera content d'observer cette scène de lapidation ". Je souriais et je le regardais.

Dieu me regarda de travers et me demanda :

- Pourquoi souris-tu?

- Je suis heureux de te voir content!

- Content, moi? As-tu vu plus malheureux ?

- Pourquoi, mon Dieu? On est en train de lapider cette pauvre femme pour ta satisfaction,

parce qu'elle a agi contre tes ordonnances!

- Quelle ordonnance et quelle satisfaction? Suis-je un tortionnaire pour avoir donné de tels ordres?

Je commençais à m'affoler en regardant ce Dieu. Il s'exclama soudainement :

- Qu'est ce que ces points noirs qui se déplacent ? Ce ne sont pourtant pas des pingouins!

- Ce sont les belles femmes, les anges de mon

pays paradisiaque, l'Iran!

- Pourquoi sont-elles cachées dans des étoffes noires? En général, même les morts sont placés dans un linceul blanc! Et pourtant, celles-là elles sont vivantes et en mouvement!

- C'est le tchador dont tu as ordonné aux femmes de se vêtir pour qu'on ne voit pas leur beauté!

- Ce n'est pas moi qui ai ordonné aux femmes de couvrir leur beauté! Ce sont les hommes qui affirment ces absurdités. Pour se venger des femmes ils les lapident prétendant que c'est moi qui l'ai ordonné. Je n'ai jamais donné de tels ordres.

- Ce sont tes représentants et les gardiens de tes maisons qui l'affirment et qui nous transmettent tes ordres.

 - Je n'ai ni représentant, ni maison. Pourquoi aurais-je besoin d'une maison? Pour dormir, inviter des gens ou organiser des conférences? Je n'ai pas de femme et d'enfants pour avoir besoin de maison. Comment puis-je affirmer: entrez dans une maison avec vos chaussures, asseyez-vous sur des chaises, chantez et dansez et entrez dans une autre maison en retirant vos chaussures et que l'odeur nauséabonde des pieds s'encastre dans les tapis! Comment veux-tu que je dise à un de mes représentants que les hommes peuvent se marier avec quatre femmes, que j'interdise à un autre de se marier et que je

prévoie une seule femme pour le troisième? Comment veux-tu que j'autorise le divorce pour l'un et que je l'interdise pour l'autre?

- Quelle logique inébranlable! Que d'illuminations philosophiques et religieuses! Qu'est-ce qu'on fait de la nuit la plus longue? Mithra ressuscitera de nouveau et Avesta se consolidera et s'étendra une nouvelle fois?

- Qu'est-ce qui se passe cette nuit-là?

- C'est la nuit où tu veux discuter directement par satellite et Internet avec ton peuple!

 Les dômes en or en souvenir des temples!

 Dieu resta pensif quelques secondes et moi-même je pensai à cette nuit. Soudain le vaisseau risqua de se heurter à un dôme en or. J'ai dit à Dieu de faire attention:

- C'est quoi ce temple dont les flammes continuent de s'élever?

- Ce n'est pas un temple, c'est un dôme en or appartenant à un de tes imams!

- Mes imams! La dernière fois que j'ai vu ces choses, elles s'appelaient temples!

- C'est vrai! Mais c'était l'époque de l'adoration du feu. Elle fut remplacée par celle de l'adoration des imams. Il s'avère qu'il y a longtemps que tu ne t'es pas occupé de la Terre!

Il me vient à l'esprit que ces dômes se sont érigés de la même manière que nos anciens temples afin de garder vivant le souvenir de nos ancêtres.

Dieu me tapota le dos et dit :

- En vérité, les temples étaient des lieux de repérage, repérage pour les vaisseaux envoyés sur terre par mes créatures plus avancées.

Je pense à ce qu'il me dit. Donc en réalité, les temples et les dômes érigés au ciel auraient été des moyens de repérage pour les vaisseaux interplanétaires. Etonné, je demande à Dieu de me fournir plus d'explications :

- Je te suis reconnaissant d'avoir soulevé ce point. Donne-moi plus d'explications. Il existerait donc des êtres vivants sur d'autres planètes?

- Quels qu'ils soient, ils sont plus civilisés que vous et ils me créent moins de problèmes!

Dieu se tut soudain :

- Poursuis, pourquoi sont-ils plus civilisés que nous?

- Oh rien, oublie, laisse tomber!

- Au contraire, on commence une discussion sérieuse!

- Non, laisse tomber!

- Comment, c'est toi qui a commencé!

- J'ai commis une erreur!

- Dieu fait des erreurs?

- La plus grave a été votre création!

Les paroles de Dieu me rappelaient celles de mon père et mes songes d'enfance: " L'être humain ne doit pas procréer et augmenter les habitants de la terre, de même qu'il ne doit pas se marier avec un homme ou une femme acheté en guise de marchandise ". Dommage qu'on échange rapidement les paroles paternelles et les songes d'enfance contre l'amour d'une beauté et qu'on en tombe rapidement esclave! Et même s'il n'est pas son cas, quelqu'un d'autre s'éprend de lui! Pire encore, avec l'arrivée d'un enfant, les deux en tombent esclaves pour toute leur vie, lui sacrifiant leurs gaietés et leurs bonheurs. De même, lorsque l'enfant grandit, il se dresse contre le monde et ceux qui l'ont élevé qui ont alors vieilli!

 L'homme libre et souverain! esclave de la liberté et du pouvoir des autres!

 Dieu qui me voyait pensif, me laissa tranquille et conduisit son vaisseau. Or, je n'étais pas prêt à le lâcher et je revenais à la charge sur la question de l'erreur de Dieu.

- Pourquoi regrettes-tu la création de l'homme?

- N'as-tu pas lu l'histoire? En tant qu'historien, tu dois mieux savoir ce que vous avez fait à moi et à vous-mêmes et cela depuis des millions d'années.

- Pourquoi alors n'as-tu pas mûrement réfléchi à notre création?

- Cela m'a pris d'un seul coup, j'ai voulu créer quelque chose à mon image, libre et créateur.

- Et tu vois maintenant ce qu'il en est advenu... Au fait nous as-tu créés libres? Sans aucun contrôle?

- Je vous ai laissés à vous-mêmes. Vos antennes et vos cerveaux ont été fabriqués de sorte que vous soyez aptes à créer, donc vous deviez être libres, sans pour autant venir me casser les pieds chaque fois qu'un malheur vous frappe. Tant que vous êtes joyeux, vous ne pensez pas à moi, mais dès qu'une difficulté se fait jour vous venez vers moi et vous me mettez en question! Chacun d'entre vous est libre! Mais, dans la société, cette liberté se limite à celle des autres et se trouve ainsi contrôlée. Autrement dit, ceux qui agissent de manière calculée et planifiée peuvent utiliser ou profiter de la liberté des autres qui sera ainsi limitée ou déviée. Si tu montes des escaliers et que tu te trouves en face d'une personne violente et pressée qui descend ces mêmes escaliers et qui pourrait éventuellement provoquer un accident, par exemple entraîner ta chute aboutissant à ta blessure ou à ta mort, ce n'est pas de la faute de Dieu, de ton père, de ta mère ou de quelqu'un d'autre! C'est la faute de celui qui n’a pas correctement utilisé sa liberté de se déplacer et a nui à la tienne...

Le Diable, créature de Dieu ou son rival?

- Ô mon Dieu! Tu compliques les choses. Beaucoup n'y comprendront rien. Laisse tomber et parle-moi plutôt du Diable! Qu'est-ce que ce Diable que tu as créé et que tu as  placé sur la route des humains pour les détourner du droit chemin et les conduire à cet Enfer auquel toi-même ne crois pas?

- Diable? Il fait aussi partie de ces plusieurs milliers de prophètes?

- Pas du tout! Le Diable n'est que le même Iblis que tu as créé avec pour mission de se placer sur notre chemin, de nous pousser à la tentation afin que tu nous blâmes et que tu nous brûles de tes flammes de colère, celui qui nous pousse à la cupidité, à l'oppression, à la tyrannie, celui qui est des ténèbres, qui est impur...

- Aurais-je été malade de créer l'homme d'une telle beauté et de placer quelqu'un sur son chemin pour le pervertir pour ensuite le brûler? Ai-je des fourneaux? Et encore, face à chaque difficulté j'accours à votre secours, il suffit de me réclamer sincèrement!

- Si nous avons besoin de toi nous devons obligatoirement t'appeler ? Ton antenne anti-virus ne peut pas nous aider automatiquement?

- Cette antenne anti-virus à laquelle tu fais allusion devrait être installée dans ton ordinateur. Si quelqu'un veut mon aide, il n'a qu'à allumer l'antenne anti-perversion que j'ai installée en lui; pour moi un homme est un homme, peu importe son âge, ses conditions et sa position sociale, je viendrai à son secours, tels les parents qui aident leurs enfants à n'importe quel moment de leur vie lorsqu'ils ont besoin d'eux.

- Arrête, sinon je vais pleurer. Avec la gentillesse, la générosité et la sincérité dont tu

fais preuve, tu ne peux pas être un tortionnaire, Khayyam a bien dit...

- Sois respectueux et dit plutôt.. Hakim Omar Khayyam Neychabouri.

- Tu connais ce compatriote?

- Comment? Bien sûr que je le connais, c'est moi qui l'ai élevé!

- Enfin, quelqu'un que tu acceptes!

- Même toi, je t'accepte, j'accepte tous les hommes.

- C'est marrant que tu ne reconnaisses pas Iblis et le Diable, mais que tu reconnaisses Hakim Omar Khayyam.

- Je n'ai jamais eu l'honneur de les connaître!

- Et Ahriman? Tu ne le reconnais pas non plus? Dieu se lève soudain et dit :

- Où est-il? Où est ce maudit d'Ahriman?

- Alors tu le connais?

- Bien sûr que je le connais!

- Sans doute c'est toi-même qui a élevé cet Ahriman, en ayant tous les soirs un entretien secret avec lui pendant lequel il te remet le compte-rendu de ses agissements!

- Moi? Attends simplement que je lui mette la main dessus! Où est-il?

- Je ne sais pas où il est! Seulement je te demande, maintenant que tu le reconnais, pourquoi l'as-tu créé pour mettre les hommes dans le pétrin?

Dieu m'interrompit avec rage:

- Je le connais, oui, mais je n'ai jamais créé un élément aussi immonde. Il est mon puissant rival, capable de pousser insatiablement les hommes à la perversion et la dépravation, de même que je peux vous aider dans le sens de la bonté, de la pureté et de la joie. Depuis des millions d'années je cherche Ahriman pour lui mettre le grappin dessus.

- Pour le détruire?

- Non, jamais, je ne suis pas un tueur d'Ahriman! En vérité, je ne peux guère le tuer! Sa puissance est aussi grande que la mienne! Comme moi, il est indestructible! C'est pourquoi j'ai l'intention de mener des discussions avec lui et trouver un moyen pour instaurer la paix et la tranquillité sur la terre. En ce qui me concerne votre création a été complète. Maintenant, il vous incombe d'utiliser votre raison et votre intelligence afin de combattre Ahriman, car il n'est pas ma créature. Je n'ai rien créé d'autre que la bonté, la pureté, la tendresse et l'amour. Il est mon plus grand rival! Sa force et sa puissance dans le mal et l'infamie sont égales à la mienne dans la pureté et la bonté!

- Mon Dieu! Tu me rends fou avec tes paroles.

Jusqu'à maintenant, je pensais que tout ce qui existe venait de toi, même la création d'Ahriman! Pourquoi voit le jour celui qui naît dans le malheur, qui meurt dans le malheur et qui ne connaît que la douleur et la souffrance? Et pouquoi d'autres ouvrent leurs yeux dans la richesse, l'abondance, la joie et la puissance et les lèguent à leurs descendants au moment de leur mort! Quelle injustice! Tu me dis vouloir négocier avec Ahriman tandis que tu nous demandes de lutter et de le détruire! Pourquoi la négociation pour toi et la guerre pour nous? Toi qui es plus puissant que nous tu n'as qu'à le combattre et à le détruire! Par ailleurs tu prétends qu'il est partout, qu'il nous suit continuellement afin de nous pousser à la perversion, mais que tu n'arrives pas à le trouver!...

Dieu qui semblait en colère m'interrompit:

- J'ai créé le premier homme et je me SUiS trompé. Mais au-delà du premier homme créé, le malheureux qui naît n'est pas de ma faute! Son père et sa mère, à l'origine de sa naissance, sont les fautifs! Je leur ai donné la raison pour qu'ils puissent réfléchir. S'ils n'utilisent pas leur intelligence et, juste pour assouvir leur désir, mettent au monde une créature, de quelle faute m'accuse-t-on ? Cet Ahriman s'est répandu à travers le monde tel un virus dont la destruction équivaudrait à la vôtre. Ahriman n'est pas un individu ou un seul virus mais une quantité infinie qui pullule, comment pourrais-je les détruire tous? En chacun de 'vous existe un virus d'Ahriman! Chacun de vous doit le détruire.

D'ailleurs il ne sera jamais complètement détruit et dès que votre attention est détournée il se dresse devant vous. C'est pour cette raison que l'homme est en constant va-et-vient entre le bien et le mal. Tu vois un homme qui, durant des années, a été le symbole du bien et soudain il est attiré vers le mal et au contraire, un homme qui a longtemps incarné le mal se range subitement du côté du bien, rejette Ahriman et me fait pénétrer en lui! Cependant, à chaque instant, Ahriman le guette!

- Pourquoi as-tu créé le premier homme? N'as-tu pas créé simultanément la tentation? Et pourquoi ne l'as-tu pas créé de sorte que Ahriman ne puisse pas pénétrer en lui?

- Monsieur Avesta! De quoi parles-tu? J'ai créé le monde et l'existence! Toi-même tu es un homme de science, sais-tu que les milliards d'hommes que vous êtes, vous ne constituez même pas l'équivalent d'un minuscule atome en comparaison de l'ensemble de la Création! Connais-tu le nombre de galaxies que j'ai créées et dirigées depuis des billiards d'années ? Te rends-tu compte de la responsabilité que demande votre propre soleil autour duquel tournent neuf planètes importantes : Saturne, Mars, Vénus, Mercure,... Et cependant le soleil n’est qu’une des milliards d'étoiles comportant chacune plusieurs planètes, ajoutons à celles-là la mer des étoiles, les comètes, etc. Cet ensemble constitue l'existence dans laquelle votre galaxie solaire n’est qu’un grain! Et maintenant tu viens me parler de la création de l'homme que j'ai créé à mon image, auquel j'ai conféré le pouvoir et la liberté afin qu'il joue le rôle de Dieu et soit supérieur aux animaux... Hélas! Je me rends compte que cette création n'a été qu/un jeu! D'ailleurs je le savais et j'avais envie de voir en lui un signe et une image de moi-même, qu'il puisse être initiateur, libre et créateur, différent des animaux.

- Tant que l'homme n'a pas eu conscience de la multiplicité, tu as bien joué avec lui! Comme les enfants et leurs parents! Les parents adorent infiniment l'enfance de leurs enfants et les traitent comme des poupées parlantes et intelligentes, exactement comme le comportement d'un enfant avec ses poupées! Mais la jouissance des parents est encore plus importante! Cependant, dès que l'enfant

commence à grandir, à parler, à prendre conscience et à être libre..., les parents paient les

joies qu'ils ont eu lors de son enfance.

- Cependant on paie plus ou moins! Et ma situation est différente de celle des parents!

- Quelle différence! Les parents expliquent de la même manière leur procréation, augmentant de jour en jour la population de la terre! Ton envie de jouer s'est transmise à nous tous et nous agissons ainsi malgré notre for intérieur. C'est donc toi l'initiateur et la faute incombe à toi qui a été à l'origine de la première création. Pourquoi maintenant veux-tu les brûler dans les flammes de l'Enfer?

Dieu répond :

- Je te l'ai déjà dit : je ne possède pas d'enfer, je ne suis pas tortionnaire pour faire brûler qui que ce soit. Ne vois-tu pas que c'est moi-même qui suis brûlé et qui pleure? Je porte en moi les pêchés de vous tous et j'ai un enfer en moi dans lequel je me brûle. En ce qui vous concerne, votre paradis ou enfer se trouvent dans votre monde. Si vous avez fait le bien, votre âme vivra en paix et votre existence connaîtra une bonne fin! Adepte du mal, la fin de votre vie verra la douleur et la tristesse! Si vous avez été des hommes différents des animaux avec en vous l'esprit du bien et de la pureté, votre âme vivra éternellement dans la paix.

 Dieu aussi prêche:

Bien penser, bien parler, bien pratiquer, le premier et le dernier mot

 Ayant prononcé ces mots, Dieu fond en larmes. Son chagrin est énorme. Je le prends dans mes bras et je le console :

- Je m'excuse de t'avoir affligé. Ton fils te manque vraiment, car il avait dit la même chose : il était venu prendre sur lui les péchés de tous les hommes. Hélas! personne ne l'a compris. D'autres, avant lui, avaient parlé de la bonté, de la sincérité, de la puissance et de l'intelligence; ils avaient dit que tu étais miséricorde, bon et intelligent, que tu n'étais pas tortionnaire ni tueur, que tu as créé l'homme, libre, afin qu'il soit aussi créateur. Les créations de l'homme comme l'électricité, le téléphone, la radio, la télévision, les vaisseaux interplanétaires, les satellites, l'Internet... ont toutes un caractère divin. En observant tous ceux-ci tu dois être fier de ta créature intelligente et sage. Ignore les milliards de moutons et observe tes créatures créatives.

 Dieu se lève, essuie ses larmes, sourit et dit :

- Mieux valaient tes ancêtres, dont l'intelligence et la science étaient supérieures aux autres, même dans le domaine de la connaissance de Dieu et de l'existence. Toi-même tu l'as dit en vers :

 Par la bonne pensée, bonne parole, bonne action,

Fereydoun Farokhfut glorieux,

Les sages suivirent son chemin,

Et le démon fut capturé,

Par ces trois, cherche le chemin du Paradis,

Un chemin qui conduit du Paradis au Dieu,

Ces quelques mots constituent la philosophie de l'existence et Mythra est le début et la fin de toutes choses.

 Dieu est-il le soleil et l'origine de l'énergie de la terre?

Il me créa dès le début dans l'angoisse

Et la vie ne fit qu'augmenter ma stupeur

Nous partîmes de force et ne comprîmes pas

Les raisons de notre naissance, de notre existence et de notre départ

" Khayyam "

- Gloire à toi, Dieu grand et miséricorde, nous sommes confus. Dommage que je n'avais pas un magnétophone pour enregistrer ta chaude voix en train de déclamer mon poème. Tu as bienfait de parler de Mythra, Dieu du soleil, c'est-à-dire toi-même.

 Dieu sourit et dit:

- Ils avaient raison, car votre existence dépend du soleil. Dès l'origine, la terre était une masse en ébullition, détachée du soleil. Progressivement est apparue l'eau et sa surface s'est solidifiée. Aujourd'hui elle vit grâce au soleil dont la mort signifierait celle de vous-mêmes et de la terre.

- Paroles sages et philosophiques! Pendant des années nous avons étudié l'histoire, la littérature et les philosophies orientales et occidentales, sans avoir pu découvrir ces questions. C'est maintenant que j’ai compris pourquoi nous devons t'adorer!

Etonné, Dieu demanda:

- Pourquoi?

- Parce que si tu es le soleil et notre facteur essentiel de vie et d'énergie, nous devons t'adorer, peu importe la philosophie de ton existence, de notre création et du mythe d'Ahriman.

Stupéfait, Dieu prit un air pensif et dit:

- Ça n'a pas l'air tout à fait faux! Je suis le soleil et je vous confère vie et énergie, vous devriez être contents de moi et me remercier.

- Au fait si tu es le soleil de la terre, que doit-on penser des soleils des autres galaxies?

- Tu insinues que dans ce cas, il y aurait d'autres dieux?

- Peut-être pourrait-on les qualifier d'Ahriman et les considérer comme tes rivaux!

 J'ai dansé avec Dieu!

Dieu, heureux de ces paroles, commença à danser. Il me prit la main et m'entraîna aussi. Face à mes protestations, comme quoi je ne savais pas danser, Dieu restait sourd. Il dansait et me faisait danser. Tenant un verre de vin à la main, il chantait ..

- Ô Avesta!

Ton échanson qui adore le vin

Ta résurrection miséricorde

C'est moi, c'est moi

Ton Dieu tout puissant

Ton soleil et ta sérénité

C'est moi, c'est moi

Ton guide et ton dirigeant

Buvant et adorant le vin

C'est moi, c'est moi

Je suis le poids du monde

Je suis l'être et le néant du monde

Je suis le début et la fin

Le soleil du monde! C'est moi, c'est moi

L'amour du monde! C'est moi, c'est moi

Dieu chantait et nous dansions, enivrés. Je pensais à la gazelle qui se sauvait, suivie d'un tigre ou d'un léopard et qui se dit :

Ne cours pas derrière moi!

Ne bondis pas, ne guette pas!

Ne me fatigue pas!

Ne me blesse pas!

... Moi aussi j'ai mon amour..

Quelqu'un qui m'attend...

 On dansait et on buvait et moi, plongé dans mes pensées... Soudain Dieu s'arrêta, il semblait écouter... Il prêta l'oreille.

- Mon Dieu! Que se passe-t-il ?

- Oui, un complot est en train d'être fomenté!

- Que Dieu me pardonne! Contre moi, pour avoir dansé et bu ?

- Contre toi? Tu n'en vaux pas la peine! Mais contre moi! Tu ne peux pas t'empêcher de l'ouvrir lorsque tu es avec moi? Et pourquoi pour avoir dansé et bu ? Tous les prophètes que tu connais et ceux que tu ne connais pas dansaient et buvaient, allant même jusqu'à promettre des garçons et des filles vierges!

Toi-même n'as-tu pas fais référence à Avicenne à propos des bienfaits du vin. Le sirop prescrit par les médecins aux enfants et aux adultes n'est autre que du vin, mais plus concentré... Laisse tomber tout ça et essayons de déjouer ce complot!

- Qui pourrait fomenter un complot contre Dieu?

- Ceux qui m'ont mis dans cet état durant des siècles, qui m'ont affligé et attristé!

- Qui? Les prophètes?

- Non, ils sont morts depuis des années, mais leurs porte-paroles et leurs héritiers qui vivent à leurs crochets et détiennent le pouvoir.

- Qui prétendent être les porte-paroles de votre excellence!

- Suis-je muet moi-même pour avoir besoin de

porte-parole? Ce sont les soldats d'Ahriman qui se prétendent être moi et mes représentants! Ahriman sait que je suis très occupé et profite donc de mes difficultés. Il dirige presque toute la terre.

- Mon Dieu! Parle-moi du complot! De quoi s'agît-il ?

- Il s'agit d'une grande conférence internationale avec la participation des dirigeants de toutes les religions.

- Où ? Quand? Quels dirigeants?

- A Jérusalem! Deux jours avant la nuit la plus longue! Les dirigeants de toutes les religions.

- Ils complotent contre ton message historique. Il faut que tu sois vigilant!

- Que veulent-ils faire?

- L'assassinat! Ils veulent t'assassiner et ils le mettront sur mon dos et diront qu'Avesta a assassiné Dieu car, par ton discours tu ébranleras l'économie mondiale et les préjudices subis par les marchands de religion, les commerçants, les politiciens, les multinationales... seront comptés par billions de dollars, peut-être même plusieurs d'entre eux se suicideront ou seront tués par leurs rivaux. Ton contact direct avec les peuples provoquera la fermeture de nombreuses "boutiques" dans le monde.

- Et donc tu deviendras mon Siavash et ton nom complet sera Siavash Avesta!

- Trêve de plaisanterie! L'accusation de meurtre est extrêmement grave!

- Qui a dit que l'accusation d'assassinat de Dieu est grave? Qui dans ce monde se préoccupe de moi? Personne! Malgré tout ce brouhaha, je suis seul! Mets-toi à un carrefour et insulte-moi, personne ne t'en empêchera! Au pire, on dira que tu es devenu fou. Peut-être même certains diraient que tu es très intelligent pour traiter Dieu ainsi. En revanche, ton moindre reproche à l'égard d'un prophète ou d'un dirigeant religieux te coûtera très cher.

- Je sais, les fatwâs s'abattront de toute part contre cet impie, ce blasphémateur, cet athée!

- De toute façon, nous devons faire quelque chose!

- Que veux-tu qu'on fasse? Tu es le Tout-Puissant, qui oserait te charrier?

 Dieu était sérieusement inquiet et moi, étonné de sa torpeur. Je me trompais peut-être et il cherchait une solution pour les combattre! La lutte de Dieu contre ses créatures. Pas très étonnant, cela ressemble fort bien aux disputes quotidiennes entre les parents et leurs enfants!

Soudain, Dieu me secoua et dit:

- Nous devons nous rendre à la base, il semble que la date de la conférence ait été avancée. Les choses deviennent sérieuses!

Rapidement, nous nous rendons à la base. En route j'ai longuement parlé avec Dieu:

- Heureux encore qu'ils se soient au moins unis pour te combattre!

 D'un air moqueur, il répondit :

- Ils ont toujours été unis. Ayant la même assise, ils ont été unis dans les principes.

Dès notre arrivée à la base, une violente explosion retentit. Les flammes et la fumée se répandirent partout... Soudain je me suis retrouvé dans mon lit, au pied de celui de ma fille de cinq ans (shiva). Je ne voulais pas accepter mon réveil. Je me suis forcé à me rendormir et à poursuivre mon rêve... impossible... le sommeil m'avait quitté.

…mais cette légende se poursuit...