Français English

پارسی Parsi

 

Civilisation laïque judéo-chrétienne face à l’Islam Politique

 

David ABBASI  Siyavash AWESTA

 

 

Comme nous l’avons déjà expliqué dans notre livre « Origines d’Awesta » en citant plusieurs savants et historiens occidentaux, le judaïsme et le christianisme sont les fruits d’une pensée de Mithra, Zarathoustra, Mani et Bouddha…en sachant que le judaïsme est plus ancien que Mani et Bouddha mais la Torah a été rassemblée 500 ans avant le christianisme. On pouvait emprunter beaucoup d’idées des anciennes pensées religieuses qui existaient à l’époque et d’après les savants et les historiens juifs, puisque les Juifs sont d’origine perses, qu’ils viennent de la mer Caspienne et qu’ils avaient toujours de bonnes relations avec le pouvoir et les rois du plateau perse, ils ont alors rassemblé la Torah. Ils ont à cette occasion beaucoup utilisé les histoires des rois perses qui existent dans l’ancien testament... Le Roi Cyrus est même considéré comme le sauveur (Christ) des Juifs…

 

Aujourd’hui, le monde judéo-chrétien représente une grande capacité de culture et de civilisation, une pensée dont le fruit, nous le nommerons « judeo-chrétien » et la civilisation de notre ère qui est en même temps une héritière de l’Asie (avec les pensées de Mani, Bouddha, Mithra, Zoroastre qu’elles soient indiennes ou persanes et qui proviennent de Hong Kong, Japon, l’Inde ou encore l’Egypte).

Cette civilisation n’a pas de monuments historiques comme Persepolis ou encore les Pyramides d’Egypte mais elle possède des valeurs et des idées précises comme la liberté d’expression, la ou les républiques, l’humanité et ses droits, les inventions, les découvertes et les rénovations qui ont pu nous offrir notre époque où se mêlent Internet, satellites, télécommunications modernes avec des puces…

 

Cette civilisation, qui grâce au combat de la renaissance et du protestantisme européen a pu devenir laïque et rationnelle peut être menacée par des idées intégristes et violentes qui refusent la liberté des autres et qui se croient les maîtres du monde.

 

C’est à cet instant que le conflit a débuté et ce n’est pas celui des civilisations mais celui de l’ignorance face à la sagesse, des ténèbres face à la lumière, du désert contre le progrès et la civilisation, de la mort contre la vie… !!

 

Que devons-nous faire pour sauver cette civilisation laïque judéo-chrétienne ?

 

Avant tout, il faut avoir le courage de parler, analyser et exploiter les idées et les sujets tabous sans avoir peur des conséquences violentes provisoires qui peuvent suivre.

 

Une autorité forte et laïque peut empêcher toutes les violences aveugles en restant laïque et en respectant les principes humanitaires.

 

Mais si nous fuions la vérité et que nous donnons raison aux ténèbres et aux aveugles sous prétexte de la communauté, cela représente un réel danger. Le système communautaire ne fonctionnera pas en Europe et en France car aucun des deux ne s’apparente aux Etats-Unis et au Canada, deux pays fondés en majorité par des immigrés de la civilisation judéo-chrétienne et d’autres.. !!

 

En Europe, les immigrés sont multiculturels, moins nombreux que la majorité absolue des citoyens du Canada ou des Etats-Unis et dans ces pays l’égalité des chances est très présente. De plus, une grande partie de ces personnes-là sont le fruit de la renaissance européenne et ils ont déjà dépassé le Moyen-âge.

Ce n’est pas le cas de l’Islam, depuis sa création, qui essaie de prendre le pouvoir politique et qui se dit être la dernière religion ayant la totalité de la justice, des vérités et une plus forte crédibilité. Une religion qui va même jusqu’à dire que tous les anciens prophètes tels que Zarathoustra, Abraham, Moise, Jésus étaient des musulmans !! Les ignorants acceptent cela sans réfléchir une seule seconde et se dire que l’Islam est né il y a déjà 1400 ans avec Monsieur Mahomet !! Alors comment les individus qui sont nés avant l’Islam peuvent-ils être musulmans ??

Etre partisan d’une religion alors qu’elle n’existe pas à son époque, c’est prétendre par exemple que Charles de Gaule, Mendès France ou Pompidou étaient adhérents de l’UMP !!!

 

Ex-Musulmans !!

 

Beaucoup de musulmans honnêtes, intelligents et sages reconnaissent ces vérités et beaucoup d’autres choses non-rationnelles et disent ne plus être musulmans.

Ces ex-musulmans sont tellement nombreux qu’ils sont en majorité parmi les musulmans.

 

Mais l’ensemble de ces personnes n’ont pas le courage des grandes personnalités révolutionnaires et de se proclamer ex-musulman car ils craignent pour leur vie et nous avons pu constater le danger qui menaçait les gens qui abandonnent l’Islam !! l’exécution !!?

 

Les grandes figures de la révolte dans les sociétés musulmanes sont nombreuses à avoir niées la religion de leurs ancêtres :

Ebn VARAGH dans son ouvrage « Pourquoi ne suis-je plus musulman » nous donne beaucoup d’informations qui sont taboues.

 

Les musulmans falsificateurs (les Faux musulmans) !!! Musulmans par Peur !!

 

De nombreuses personnalités à travers l’histoire comme Hossein HALLADJ, SOHRVARDI, Omar KHAYYAM, AVICENNE, EBN-E-KHALDON, EINOL-GHOZAT, EBN-E-MOGHAFFA… ont osé nier l’Islam et qui ont été condamnées à mort !!?

En mettant de côté les ex-musulmans, il faut savoir qu’il existe beaucoup de non-musulmans qui portent l’identité de musulmans pour ne pas être exclus.

Pour quatre raisons, ces personnes qui sont normalement juives, chrétiennes, mithraïques, zoroastriennes ou encore Bouddhistes sont obligées d’être de faux musulmans dans les sociétés musulmanes.

 

1ère raison : Les non-musulmans devaient payer une taxe assez importante pour que leur famille et leur vie soit protégées de l’agression des Musulmans. On appelait ces personnes « DEMMI » et la taxe « DJAZIYAH ».

 

2ème raison : Les non-musulmans étaient toujours exclus de la société, on se moquait d’eux et bien entendu, s’ils étaient reconnus, ils ne pouvaient pas vivre, étudier ou exercer des activités librement.

 

3ème raison : Mis à part la taxe (DEMMI), dans les sociétés musulmanes chiites, les musulmans sont obligés de payer une autre taxe nommée « KHOMS » (1/5) qui représente 20% des bénéfices annuels. Une taxe qui est reversée uniquement aux descendants du prophète de l’Islam, Mahomet.

 

4ème raison : Depuis plusieurs siècles, lors des petits conflits dans les pays musulmans, les premières victimes agressées, violées et volées étaient les non-musulmans…

 

Pour ces raisons, plusieurs non-musulmans ont été et sont toujours obligés de posséder une identité musulmane dans les pays soit disant musulmans afin de protéger leur famille, vie, biens et situation que ce soit au travail ou dans la société.

 

Par conséquent, lorsque l’on dit qu’il y a plus d’un milliard de musulmans au monde, il faut prendre en compte tous les éléments cités précédemment et ne pas oublier qu’il existe des millions d’individus de plusieurs branches islamiques qui ne sont pas reconnus musulmans par les musulmans eux-même :

 

-         Les Chiites

-         Les Alawites

-         Les Abbassides

-         Les Ismaélites

-         Les Bateniines (les fidèles d’Hassan SABBAH)

-         Les Hachichiin

-         Les Bahai

 

Pratiquants : 10%

 

L’individu est considéré musulman quand il pratique l’Islam pourtant les pratiquants sont peu nombreux !!! Prenons l’exemple de la France où il y a sept millions de musulmans mais seulement 10% d’entre eux  (700000 personnes) sont pratiquants. Peut-on toujours affirmer qu’il existe plus d’un milliard de musulmans ? bien-sur que non !!

 

Si toutes genres de menaces (assassinats, exclusions, sanctions) n’étaient pas imposées sur la tête des musulmans, la grande majorité annoncerait officiellement qu’elle n’est pas musulmane.

 

C’est le cas d’une grande partie des musulmans (non maghrébins), qui une fois arrivée en Occident et ayant une bonne situation, annonce officiellement leur désir d’être laïc, rationnel…

 

Mais les maghrébins non-berbères que l’on trouve de temps en temps trop attachés à l’Islam pose la question d’une identité et de la colonisation.

 

Identité 

 

Puisque après l’arrivée de l’Islam les langues des pays conquis étaient remplacées par l’arabe et les cultures et que les civilisations anciennes (avant l’Islam) avaient été gommées et détruites, les nouveaux musulmans ne connaissent aucunes cultures, civilisations dans leur pays avant l’Islam. Par conséquent, c’est la seule identité qu’ils ont. Il y a surtout une attitude de discrimination et de racisme dans la société qui rejettera toute personne qui n’est pas musulmane. C’est un maintien de l’identité musulmane pour les gens exclus de la société. C’est un alibi non rationnel.

 

Colonisation 

 

L’histoire des siècles passés et la présence de certains pays dans le nord d’Afrique, les guerres et les résistances ainsi que les combats ont creusé un fossé rempli de haine qui à ce jour n’a pas été moralement réglé. L’Islam contestataire de la civilisation laïque judéo-chrétienne devient le refuge de certaines personnes.

 

N’oublions pas que des grandes figures de l’histoire comme AVICENNE, FARABI, GHAZALI, EBN-E-KHALDON, Omar KHAYYAM ainsi que des centaines de grands savants ont confirmé par leurs écrits qu’ils n’étaient pas musulmans. Pourtant les islamologues occidentaux qui ne connaissent pas parfaitement l’histoire, continuent à diffuser des arguments mensongers en disant que ces personnes étaient musulmanes.

 

Dans ses écrits (Les lettres), Avicenne précise et insiste sur tous les bienfaits que peut avoir le vin, bu modérément, tout en niant les piliers de l’Islam.

EBN-E-KHALDON raconte l’histoire d’une expansion musulmane violente et pleine de massacres contre les grandes civilisations de l’époque et nie son adhésion à l’Islam et aux prophéties de Mahomet et nie le dernier jugement et paradis/enfer proposés par Mahomet pour les corps des êtres humains.

 

Nous finirons par un quatrain de Omar KHAYYAM qui annonce de manière officielle qu’il n’était pas musulman. Pourtant tous les musulmans du monde le considèrent comme étant musulman sans prêter la moindre attention à ses quatrains rédigés en langue persane (non arabe) où il rejète l’Islam et Monsieur Mahomet…Dans le quatrain en question, il annonce officiellement son appartenance à Zoroastre :

 

Et oh ! Toi qui a choisit la pensée zoroastrienne.

Toi qui a totalement rejeté les 2 faces de l’Islam !

Quand cesseras-tu de boire du  vin et regarder les beaux visages ?

Omar ! Assis-toi et tais-toi sinon on te tueras (Omar Khayyam).

 

David ABBASI

 Roger SAUTER

DE ZOROASTRE (ZARATOUSTRA) À JÉSUS

 

Une véritable révolution : une vie heureuse après la mort

 

Exposé fait à l'Union Protestante Libérale par le professeur Roger Sauter

 

INTRODUCTION

Au début du VIIème siècle avant J.-C. Zaratoustra, Zoroastre en français, voulut réformer la vieille religion utilitaire de l'Iran, qu'on appelle mazdéisme en l'honneur du dieu principal, Mazda. Il nous sera utile de connaître un peu cette religion, pour mieux apprécier la réforme zoroastrienne.

Outre Mazda, les mazdéens adoraient d'autres divinités, par exemple Mithra. Les "mages", prêtres et devins, leur offraient des sacrifices d'animaux, à l'instar de tous les prêtres de l'Antiquité. Devins, ils buvaient une drogue appelée "haoma" - analogue au "soma" hindou. Également sorciers, ils pratiquaient la magie. Ils imposaient aux fidèles des rites, tout cela ayant pour but d'obtenir des avantages matériels. Cette religion ne proposait aucun idéal moral.

 

ZOROASTRE

Nous nous intéressons au fondateur du zoroastrisme parce que plusieurs éléments de cette nouvelle religion ont passé plus tard dans le judaïsme puis dans le christianisme.

Autrefois, on n'avait que des idées fantaisistes sur ce Sage iranien. Mais les recherches des orientalistes, dès le XVIIIème siècle, ont permis la découverte et l'étude critique des manuscrits de l'Avesta, Ecriture Sainte des anciens iraniens avant l'arrivée de l'islam en 652.

Or l'Avesta est la source essentielle de ce que nous savons de Zoroastre et de sa religion. La partie la plus ancienne, intitulée Gathas, nous a conservé des paroles du Prophète réformateur lui-même.

  Zoroastre est né autour de l'an 700 avant notre ère dans une famille de riches éleveurs installés à l'est de l'ancien Iran, région agricole arrosée par l'Oxus, faisant aujourd'hui partie de l'Afghanistan. Ses parents étaient aussi des poètes sacrés et des chantres.

Le jeune Zoroastre se révéla bientôt un bon élève, doté d'un caractère non seulement doux et pacifique, mais également altruiste, sensible aux injustices dont les paysans avaient à souffrir de la part des nomades pillards et des seigneurs égoïstes. Zoroastre aimait beaucoup les bêtes, surtout les bovins, dont la vie humaine dépendait, comme aujourd'hui chez nous.

 

Dès l'âge de quinze ans, Zoroastre commença à dire tout haut ce qu'il ressentait, blâmant les injustices, demandant l'abolition des sacrifices de bovins, ce qui ne pouvait que déplaire aux mages. Son audace gêna sa famille. Il s'isola de plus en plus, adopta une nourriture végétarienne.

Pour finir, il alla en Bactiane, où il passa une dizaine d'années dans la montagne, ayant pour seul compagnon son cousin Maïdiomaha, son premier disciple. Et c'est dans cette retraite que Zoroastre bénéficia d'une expérience religieuse, sous la forme d'entretiens mystiques avec Ahoura Mazda, en qui il voyait le dieu unique, Seigneur du Ciel et de la Terre. Son Dieu, il le prie ainsi:

 

"Toi dont le regard protecteur veille de toute éternité sur l'Ordre et la Bonne Pensée, 0 Mazda Ahoura, de ta bouche céleste enseigne-moi les Lois du monde."

 

Zoroastre veut tout savoir : d'où vient la méchanceté, ce qui est juste, et aussi la cause des phases de la lune ou la marche des astres au firmament. C'est ainsi que Zoroastre, au cours de longues méditations, conçut une nouvelle religion : le zoroastrisme, que nous allons maintenant décrire et illustrer par des extraits de l'Avesta.

 

1) Monothéisme moral et universel

" Tu es le Premier et le Dernier, O Mazda, Toi, Père de la pensée bonne, Toi, le véritable instructeur de l'Ordre et de la Droiture, le Maître des manifestations de la Vie."

2) Pacifisme et Altruisme

"Je loue la bonne religion de Mazda, qui repousse les querelles et fait déposer les armes ... Il fait régner le Seigneur, celui qui secourt les pauvres."

3) Primat de l'activité agricole

(Ahoura Mazda rép0ndit :)

"Celui qui veut du bien au juste, au parent, au confrère et au serviteur, et qui veille activement sur le bien du troupeau, celui­-là prend parti pour le Bien. Il est un collaborateur de la Bonne Pensée." (...) L'homme qui réjouit la Terre, c'est celui qui sème le plus de blé, de légumes et d'arbres fruitiers, O Zarathoustra, également celui qui irrigue ou qui draine, selon les cas."

4) Abolition du sacrifice des animaux

Zoroastre demande aussi l'interdiction de la chasse pour le seul plaisir. Il préconise le végétarisme.

5) Abolition de la magie et des idoles

Magie et rites des Mages sont illusoire une exploitation de la crédulité populaire. En outre, Mazda Ahoura ne peut être représenté par une idole, car il est le Seigneur du Ciel. Son seul symbole est le feu, que les zoroastriens entretiennent dans les sanctuaires - les pyrées.

6) Victoire finale du Bien

Dans le monde créé par Ahoura Mazda, deux énergies antagonistes sont à l’œuvre : le Saint Esprit (Spenta Maniou) aidé des anges ­gardiens, contre le Mauvais Esprit (Ara Maniou, plus connu sous le nom d'Ahriman), chef des démons hostiles aux humains. Tous les maux dérivent de cette lutte.

Mais Zoroastre annonce une bonne nouvelle : Ahoura Mazda veut et obtiendra la victoire du Bien sur le Mal. En conséquence, chaque être humain aurait intérêt a bien choisir son camp. Le Prophète appelle donc les "mal partis" à se convertir. Ecoutons-le :

"Que le pécheur s'amende. Qu'il craigne la redoutable gloire victorieuse engendrée par Mazda, gloire qui accompagnera le Sauveur ­ le Sochiante - et ses compagnons, lorsqu'il fera un monde nouveau ou l'on ne connaîtra ni la vieillesse ni la mort ..."

 

7) Résurrection des morts et jugement

"Alors, les morts se lèveront et l'immortalité leur sera donnée. Le monde se renouvellera à souhait. Les créatures bénies du Bien seront soustraites à la mort. Quant au Trompeur (Ahriman), il tombera et sera détruit."

 

Par ce sens donné à l'histoire, avec cette perspective d'une vie heureuse possible après la mort, Zoroastre lançait une véritable révolution religieuse.

Diffusion de la nouvelle religion

Descendu de sa montagne, Zoroastre vint prêcher sa religion nouvelle à Bactres, touchant bientôt la Cour du prince-gouverneur et quelques nobles. L'un de ceux-ci lui donna même sa fille en mariage.

Ses disciples propagèrent leur foi dans les alentours, en dépit de l'opposition bien naturelle des Mages.

Après la mort du fondateur, le zoroastrisme diffusa lentement vers l'ouest, atteignant finalement l'entourage des rois de Perse. Si bien que de 520 à 225 environ, une série de Grands Rois adoptèrent le zoroastrisme.

Témoin en est cette inscription de Darius 1er :

 

"Le mal qui fut fait, en bien je le changeai. Les nations qui s'entretuaient ont cessé de se battre, par la grâce d'Ahoura Mazda, afin que celui qui est fort ne frappe ni ne dépouille le pauvre"

Au cours des siècles, comme toute autre religion, le zoroastrisme évolua, surtout sous la pression du ritualisme des Mages traditionnels. Après la conversion de l'Iran à l'islam, des groupes restés fidèles aux grandes idées de Zoroastre n'eurent pas la vie facile ! Aussi, beaucoup d'entre eux s'en allèrent en Inde, ou ils prospérèrent sous le nom de Parsis.

 

INFLUENCE SUR LE JUDAÏSME

 

Pendant les deux siècles de la domination perse sur le Proche Orient, de -539 à -330 environ, bien des juifs eurent l'occasion d'entrer en contact avec le zoroastrisme. Ils en apprécièrent le monothéisme moral, , qui leur rappelait celui des grands prophètes hébreux, d'Amos à Jérémie. Et ils en vinrent à adopter la vision zoroastrienne d'une humanité soumise à une lutte entre les forces du Bien et celles du Mal, avec la promesse d'un Jugement et d'une juste rétribution post mortem, notions nouvelles pour ces juifs.

 

Minoritaires, ils durent longtemps rester dans la clandestinité parmi leurs compatriotes, car, à Jérusalem comme dans la Diaspora juive, la soumission au légalisme et au ritualisme de la caste sacerdotale était de rigueur.

Toutefois, des "nouveautés" empruntées au zoroastrisme purent gagner du terrain en Israël. durant l'occupation de la Palestine par des rois grecs, mais en se mêlant à des notions hébraïques.

C'est alors que, vers l'an -200 environ, apparurent les premiers écrits juifs contenant ces nouveautés : anges et archanges, le "Fils de l'homme", Fin du monde, etc. Citons en particulier le livre c'Henoch (env.-190) et le livre de Daniel (-160) 

 

voici quelques textes illustrant l'introduction en Israël ces idées nouvelles :

 

1) Les anges

"Quelqu'un semblable à un homme cria : Gabriel, explique-lui la vision qu'il a eue." (Dan. 6 :16)

"Mikaël, l'un des princes de premier rang, vint à mon aide." (Dan. 10 :13)

Ainsi, les messagers anonymes de jadis sont devenus des anges gardiens pourvus de noms hébreux. Ils sont si nombreux qu'ils sont hiérarchisés. A leur tête voici les archanges : Gabriel, Mikaël, Raphaël et Ouriel.

 

2) Satan et les démons

"L'ange du seigneur et le Satan se tenaient aux côtés du grand-prêtre Josue. L'ange dit au Satan :Que le Seigneur te fasse taire." (Zach. 3 : 1-2, texte daté -520)

"Satan fut hostile à Israël et poussa David à faire le recensement d'Israël." (Chron. 21 :1)

Autrefois Satan était un serviteur de Dieu (cf. Job 1 : 6) de même le "mauvais esprit" envoyé à Saül (I Sam. 16 :14).

Les démons de l' Ancien Testament apparaissent dans les livres apocryphes et joueront un grand rôle au temps de Jésus.

 

3) Le Jugement dernier

"En ce temps-là, la terre rendra son dépôt, le Chéol rendra ce qu'il. a reçu (...) Le Seigneur des Esprits fera asseoir son Elu sur un trône de Gloire pour juger toutes les oeuvres des Saints (...) Ceux qui seront sauvés ne verront plus la face des pécheurs et des méchants. Le Seigneur des Esprits demeurera avec eux. Ils revêtiront des vêtements blancs. La douleur viendra sur eux (les méchants), oui, la douleur les saisira lorsqu'ils verront le Fils de l' Homme , assis sur son trône de gloire. (Henoch, extraits des ch. 61-62)

 

En ce temps-la, Mikaël, le grand prince, celui qui veille sur les enfants de ton peuple, interviendra. Ce sera un temps d'angoisse tel qu'il n'y en a encore jamais eu, mais ton peuple en réchappera, ainsi que tous ceux que l'on trouvera inscrits dans le Livre. Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière se relèveront, les uns pour la Vie éternelle, les autres pour l'Horreur éternelle." (Dan. 12 : 1-2)

 

Le haut-clergé et tous ceux intéressés au statu quo rejetèrent la croyance de la résurrection et au Jugement; ils formèrent le parti des Sadducéens. Ces conservateurs concevaient la vie après la

mort comme une vie morne et tranquille dans le Cheol ténébreux, qui rassemblait sans distinction riches et pauvres, bons et méchants. (cf. Job 14 : 7-12)

 

Le Fils de l'homme d'Hénoch, c'est le Sochiante de Zoroastre chargé d'adresser un ultime appel à la conversion puis de présider au Jugement. L'image du Fils de l'homme s'asseyant sur le trône sera reprise par Jésus :

"Quand le fils de l'homme viendra, accompagné de tous les anges, alors il s'assiéra sur son trône de gloire." (Matt. 25 : 31)

de Zoroastre.

 

4) Qui sera admis au Royaume de Dieu ?

Pour Jésus et Jean-Baptiste, comme pour Zoroastre, ce seront les cœurs purs, les pacifiques, les miséricordieux. (Les béatitudes, Matt 5 : 3-12)

 

Les juifs pharisiens, par contre, comptaient obtenir leur salut par l'observance fidèle des rites et des tabous ordonnés par la Loi. les Esséniens, eux, se fiaient à leurs rites de purification.

Quant aux Judéens nationalistes, ils n'espéraient pas un jugement des individus, mais le salut collectif de leur peuple, sous la forme d'une victoire du Messie sur les étrangers hostiles à Israël, une libération politique et le rétablissement de l'indépendance, après quoi viendrait le bonheur.

 

Ps. de Salomon 17 : 23-32, 35-36 : "seigneur, suscite-leur pour roi un fils de David; ceins-le de force pour écraser les dominateurs impies ! purifie Jérusalem de tous ces étrangers qui la foulent. (---) Et lui, le Roi juste enseigne de Dieu, les gouvernera. Il ne se commettra aucune injustice en ces jours-là, car tous seront saints, et leur Roi sera le Messie."

De tels sentiments agitaient le peuple au temps de Jésus et plusieurs personnages se présentèrent comme Messie libérateur se heurtant à l'imparable puissance romaine. Ce qui profita à la conception pharisienne du salut.

 

CONCLUSION : JÉSUS ET ZOROASTRE

 

Entre Jésus et Zoroastre, que de points communs ! et aussi des différences !

Points communs : Tous deux recherchaient la relation directe avec Dieu sur la montagne loin de la foule. Ces entretiens mystiques réalisaient et nourrissaient leur amour pour le Seigneur et nourrissaient leur amour pour les êtres humains. C'est là qu'ils élaborèrent leur enseignement.

Ils prêchèrent la bonté, et critiquèrent l'illusion de ceux qui croyaient plaire à Dieu au moyen de pratiques. Ils rejetèrent la magie.

Tous deux conçurent l'histoire de l' humanité comme une lutte des anges contre Satan et ses démons, lutte se terminant un jour par la victoire du Bien, la résurrection générale des morts, un Jugement et une juste rétribution, selon des critères d'ordre moral.

 

Différences

Jésus, au contraire de Zoroastre, n'a pas explicitement demandé l'abolition des sacrifices d'animaux, même s'il a prédit la chute du Temple. Il ne se déclara pas végétarien et n'accorda pas une importance primordiale à l'agriculture parmi les activités de l'homme

 

D'autre part, Jésus eut une vie courte et ne se maria pas, tandis que Zoroastre fonda un foyer et semble avoir vécu assez longtemps. Ceci peut expliquer le fait que l'Avesta ne rapporte rien de précis sur sa mort. Tout au contraire, les évangiles racontent en détail la Passion de Jésus et sa crucifixion. De plus, ils nous parlent de sa résurrection, de ses apparitions et de son ascension, Et même de son retour sur terre pour instaurer son Royaume.

 

Concernant la prédication, nous constatons une autre différence, non pas de fond mais de forme. Zoroastre nous a laissé des hymnes et des préceptes, conservés dans l'Avesta. Leur diffusion ne dépassa guère les frontières de l'ancien iran. Jésus, quant à lui, utilisa admirablement les ressources de la poésie sémitique, avec ses rythmes et ses paraboles.

Enfin, et c'est très important, les paroles de Jésus furent non seulement mémorisées mais mises par écrit dans la langue universelle de l'époque, le grec.

Le monde entier peut les lire aujourd'hui, ce qui est loin d'être le cas des paroles de Zoroastre.

 

J'espère avoir montré par quelle filière certaines doctrines, lancées en Iran au VIIème siècle avant notre ère sont parvenues jusqu'à nous, à travers le judaïsme; Jésus et le christianisme.

 

Roger SAUTER

(Genève le 2 février 1995)

 

Français English

پارسی Parsi